DIVERTISSEMENT
11/11/2015 04:39 EST | Actualisé 11/11/2015 04:39 EST

Le coup de cœur belge, Antoine Chance

Courtoisie

La sensation belge Antoine Chance a frappé un grand coup l’an dernier avec la sortie de son album Fou, en mars. Réalisé par le reconnu Renaud Letang, ce disque pop aux mélodies accrocheuses a fait beaucoup de bruit l’autre côté de l’Atlantique, au point où le chanteur-guitariste de 32 ans a été nommé l’artiste de l’année 2015 lors des prix Octaves (l’équivalent de nos Félix) , dans son pays natal. Après une première visite à Montréal, en juin, il revient en ville pour offrir cette fois-ci une prestation dans le cadre d’un programme double au Lion d’Or, jeudi soir.

Fils du grand bédéiste Philippe Geluck, auteur du Chat, Antoine Chance (en vain, il a changé son patronyme afin de se distancer de son père, qui est célèbre en Europe) a une voix feutrée assortie à la poésie sobre de ses chansons. « Conjuguant ses deux amours, la pop et la folk anglaise, il fait sonner le français avec des textes au verbe concis et touchant », écrit Coup de cœur francophone sur sa page internet.

Certes, Antoine Chance a proposé un album de qualité. À notre avis, il manque un brin de mordant dans la proposition générale, mais c’est néanmoins du beau travail. Cerise sur le gâteau, les journalistes européens disent pas mal de bien de ses concerts. Toutes les raisons sont bonnes, donc, pour assister à son spectacle d’une heure qui sera suivi de la performance de l’auteur-compositeur montréalais Félix Dyotte (membre du groupe Chinatown).

« Ma première expérience au Québec a été géniale, raconte au bout du fil Antoine Chance. À peine les pieds posés sur le sol, on (incluant le batteur Yannick Dupont et le bassiste Geoffrey Hautvas) était déjà conquis. Je savais avant de venir que je me plairais chez vous. On a fait deux concerts, en intérieur et en extérieur. Je suis très heureux de retourner à Montréal. »

« En ce moment, on continue la tournée, poursuit-il. Elle se terminera doucement en Belgique avec un concert carte blanche, en décembre, pour lequel j’inviterai des gens que j’apprécie comme artistes (il donne en exemples Nicolas Michaud, Craig Walker et Jawhar). Depuis le début, on essaie de se démerder à trois pour faire le plus possible sur scène. Le bassiste déclenche les sons avec ses pieds ; le batteur joue aussi des claviers et pour ma part je m’occupe du piano, de la guitare et du chant. »

Depuis la formation de ce trio après l’enregistrement de Fou, Antoine Chance et ses deux comparses ont livré une centaine de spectacles en Belgique, en France, en Suisse, au Canada et même en Égypte. « Pour une musique un peu de niche, j’entends pas là ce côté pop-rock en français, c’est pas mal. Il faut quand même se battre face au contenu anglophone qui prend la place sut tout le reste. Mais avec la chanson Fou, qui est passée beaucoup en radio en Belgique, on a été pas mal demandé pour le spectacle. Et généralement, on dit oui, parce qu’on a envie de jouer. »

Soulignons que cette musique francophone, aux textes surtout écrits par d’autres auteurs comme Marcel Kanche (il a travaillé entre autres avec Alain Bashung et -M-), est influencée par la pop anglophone, qu’il a notamment découverte et appréciée davantage lors d’un séjour en Grande-Bretagne, où il y a fait des études.

« Continuer à construire »

Depuis le printemps 2014, en fait, Antoine Chance fait plus qu’accepter les propositions. Sa carrière, poussée de l’avant par ce prix significatif en Belgique, a carrément explosé. Pour un chanteur qui était pratiquement inconnu de tous il y deux ans, tout se déroule rondement, voire à vitesse grand V.

« Je me dis qu’il y a plein de choses très positives pour un premier disque, affirme modestement le chanteur. Un album pour lequel j’ai mis du temps (plusieurs années) à accoucher d’ailleurs. C’est un de mes grands problèmes. Je suis toujours indécis. J’ai envie que les affaires soient bien faites. Trop peut-être. Peu importe, c’est chouette. On a pu vivre de ces concerts, qui ont plutôt bonne presse, et des chansons qui ont joué à la radio. Ça me donne le goût de continuer à construire en tout cas, ça, c’est certain. »

Antoine Chance fait partie de la Sélection internationale de la 29e Bourse RIDEAI qui se tiendra à Québec entre le 14 et le 18 février 2016. Les artistes choisis ont donc l’occasion de présenter leur concert devant des centaines de diffuseurs, producteurs et représentants des médias. Il faut ainsi s’attendre à retrouver le Belge au programme de diverses salles de spectacle québécoises et canadiennes.

--

Antoine Chance – au Lion d’Or – ce jeudi 12 novembre, à 20h, en première partie de Félix Dyotte. Ces concerts sont présentés par Coup de cœur francophone.

L’album Fou est distribué au Canada par Universal France depuis avril 2015.