NOUVELLES
11/11/2015 07:12 EST | Actualisé 11/11/2016 00:12 EST

Afrique du Sud: des grévistes délogés du parlement par la police anti-émeutes

La police anti-émeutes sud-africaine a lancé mercredi des grenades assourdissantes et fumigènes dans l'enceinte du parlement au Cap pour disperser des grévistes qui avaient interrompu le travail de commissions parlementaires, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les quelque 200 grévistes qui manifestaient sont des employés du parlement, notamment du personnel administratif et de restauration. "Nous travaillons ici. On ne peut pas nous évacuer. La police doit partir", ont-ils scandé.

Ils ont finalement été délogés par la police des marches menant au parlement, après une confrontation de plusieurs heures.

Les grévistes, qui ont débuté leur mouvement lundi, réclament de meilleurs salaires et conditions de travail.

"Nous demandons un revenu décent, c'est la raison pour laquelle nous sommes ici", a expliqué à l'AFP un manifestant qui a été brièvement arrêté par la police.

La numéro deux du groupe parlementaire du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), a justifié l'intervention musclée de la police.

"Ce que nous n'avons pas apprécié est que les grévistes aient pris d'assaut des commissions parlementaires pour les perturber", a déclaré Dorris Dlakude à la chaîne d'informations en continu eNCA.

C'est la deuxième fois en moins d'un mois que la police tire des grenades assourdissantes dans l'enceinte du parlement.

Le 21 octobre, des centaines d'étudiants qui protestaient contre l'augmentation des frais de scolarité avaient réussi à s'introduire dans l'enceinte du Parlement, pourtant protégée par un important cordon policier. Les policiers anti-émeutes avaient repoussé les manifestants en tirant à plusieurs reprises des grenades assourdissantes.

lb/bgs/bed/cpb/jlb