NOUVELLES
10/11/2015 07:10 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Yémen: les attaques contre les hôpitaux doivent cesser (CICR)

Le Comité international de la Croix-rouge (CICR) s'est dit mardi "consterné" par les attaques répétées contre les hôpitaux au Yémen, pays ravagé depuis des mois par une guerre entre forces loyalistes soutenues par une coalition arabe et rebelles chiites.

L'attaque la plus récente a visé dimanche un hôpital de Taëz, troisième ville du pays, théâtre de combats entre forces loyalistes et rebelles chiites.

Dans un communiqué, le CICR précise que l'hôpital Al-Thawra, "qui accueille une cinquantaine de blessés chaque jour, aurait été bombardé à plusieurs reprises dimanche, mettant en danger la vie des patients et du personnel" médical.

Une centaine d'incidents similaires ont été enregistrés au Yémen depuis le début d'une campagne militaire lancée fin mars par une coalition arabe sous commandement saoudien contre les rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran, indique le CICR.

Un hôpital de Médecins sans frontières avait notamment été bombardé le 26 octobre près de Saada (nord).

"Les établissements hospitaliers sont délibérément attaqués", ce qui représente "une flagrante violation du droit humanitaire international", ajoute le CICR.

Il exhorte les belligérants à "cesser toutes les attaques contre les installations hospitalières", rappelant avoir "tenté en vain depuis près de deux mois de livrer des médicaments à Taëz".

Taëz, tenue par les forces progouvernementales, est assiégée par les rebelles et leurs alliés, des unités de l'armée restées fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh.

Les combats pour le contrôle de la ville se poursuivent depuis la reconquête cet été par les partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi de cinq provinces du sud, que les rebelles cherchent à reprendre au moment où l'ONU s'emploie à organiser de nouveaux pourparlers de paix.

bur/tm/iw