NOUVELLES
10/11/2015 12:16 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Yémen: décès d'un Américain détenu par les Houthis (département d'Etat)

Un contractuel américain travaillant au Yémen, qui avait été enlevé fin octobre à Sanaa et qui était retenu depuis par les rebelles houthis est décédé pour des raisons inconnues, a annoncé mardi le département d'Etat.

Le défunt, que le porte-parole de la diplomatie américaine a identifié sous le nom de John Hamen, est mort en détention et les Etats-Unis, qui n'ont plus de présence officielle au Yémen ravagé par la guerre, s'efforcent de rapatrier son corps.

M. Hamen et un autre contractuel, lui aussi très probablement américain, travaillaient pour une société sous-traitante de l'ONU -- mais sans contrat direct avec les Nations unies -- qui gérait des locaux dans la capitale yéménite Sanaa où a l'habitude de séjourner du personnel onusien.

Ces deux personnes avaient été enlevées le 20 octobre à leur arrivée sur un vol de l'ONU ralliant Djibouti à l'aéroport de Sanaa -- capitale contrôlée par les rebelles houthis -- et étaient détenues depuis.

Le porte-parole du département d'Etat Mark Toner a confirmé le décès de M. Hamen durant sa détention, ce que des diplomates américains et l'ONU avaient annoncé dans la matinée.

Aucun autre détail n'a été fourni sur les circonstances de la mort.

D'après des médias locaux américains, M. Hamen était originaire de l'Ohio (nord des Etats-unis), un ancien combattant de l'armée de terre devenu contractuel. Il était marié et père de sept enfants, d'après le témoignage de son épouse Jen publié sur Facebook.

Les Nations unies et les Etats-Unis ont indiqué également que le second contractuel était toujours en détention, très probablement aux mains des rebelles houthis.

Une coalition arabe, conduite par l'Arabie saoudite, mène depuis fin mars au Yémen une campagne militaire -- aérienne, puis terrestre -- pour soutenir le président Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a dû s'exiler à Ryad devant la progression des rebelles dans le sud du pays, après avoir conquis des provinces du nord, y compris la capitale Sanaa, que les Houthis -- des chiites soutenus par l'Iran -- contrôlent toujours.

dc/nr/sha