NOUVELLES
10/11/2015 07:11 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Valbuena n'a "pas d'animosité particulière" envers Benzema (avocat)

Le footballeur français Mathieu Valbuena, victime d'un chantage à la "sex-tape" dans lequel Karim Benzema est inculpé, n'a "pas d'animosité particulière" envers son coéquipier en équipe de France, tant que les soupçons qui le visent "ne sont pas avérés", a affirmé mardi à l'AFP son avocat.

"Il n'y avait pas d'animosité avant et il n'y en a toujours pas", a déclaré Me Didier Domat, appelant à la "prudence" après la divulgation d'extraits d'une écoute téléphonique apportant un éclairage ambigu sur le rôle de Benzema dans l'affaire.

"On ne peut pas rester insensible à ce qu'on voit dans la presse. C'est sûr que si on découvre que tout cela est vrai, il (Mathieu Valbuena) ne va pas être son ami", a toutefois poursuivi l'avocat du joueur de l'Olympique Lyonnais (OL).

La radio française Europe 1 a rendu publics mardi des extraits de retranscriptions par les enquêteurs d'une conversation téléphonique le 6 octobre entre Karim Benzema et un de ses amis présenté comme un intermédiaire avec les maîtres chanteurs présumés.

Dans cet extrait, Benzema relate à cet ami, Karim Zenati, un échange avec Mathieu Valbuena, à qui il aurait dit la veille lors d'un rassemblement de l'équipe de France: "Si tu veux que la vidéo soit détruite, mon ami vient te voir à Lyon, vois directement avec lui. (...) On voit tout, moi de toute façon, tu fais comme tu veux. Tu veux pas, ben tu fais ta vie, moi je t'aurai prévenu".

"Nous n'avons pas d'a priori tant que nous n'avons pas eu d'accès au dossier", a réagi Me Domat. Il a précisé que son client allait se constituer partie civile pour pouvoir en prendre connaissance.

Mathieu Valbuena doit être entendu prochainement pour la première fois par la juge d'instruction de Versailles (région parisienne) chargée de cette affaire qui porte un coup rude à l'image de l'équipe de France.

Conseil d'ami ou coup de pression? L'avocat de Karim Benzema, Me Sylvain Cormier, a réfuté de nouveau mardi toute implication de son client dans le chantage et annoncé qu'il allait déposer plainte pour "violation du secret de l'instruction".

"La presse dispose d'éléments issus de l'instruction en cours. Qui les lui donne et pourquoi?", demande-t-il dans un communiqué transmis à l'AFP, déplorant que "des bribes de conversation (...) soigneusement sélectionnées soient ainsi livrées au public".

"Au cours de la conversation (...), Karim Benzema a déclaré qu'il avait dit à Mathieu Valbuena de ne pas payer. Cette déclaration n'intéresse apparemment personne", a-t-il critiqué.

L'attaquant du Real Madrid a été inculpé jeudi de complicité dans la tentative de chantage visant Valbuena, qu'il n'a plus le droit de rencontrer. Cet interdit judiciaire prive les Bleus d'un duo clé à sept mois de l'Euro-2016 dans l'Hexagone.

nal/tmo/bpi/prh/lpt