NOUVELLES
10/11/2015 05:06 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

USA: une cour d'appel bloque les réformes sur l'immigration de Barack Obama

Une cour d'appel américaine a bloqué des mesures présentées par le président Barack Obama, qui offrent à quelque quatre millions d'immigrants en situation irrégulière une perspective de régularisation.

Barack Obama avait fait de la réforme du système d'immigration une de ses principales promesses de campagne dès 2008, mais il se heurte à l'opposition du Congrès, dominé par les républicains.

Pour les contourner, il a présenté fin 2014 une série de décrets, lui permettant de contourner les deux chambres. Mesure-phare: tout immigré sans papiers vivant depuis plus de cinq ans aux Etats-Unis et ayant un enfant américain ou titulaire d'un statut de résident permanent doit pouvoir demander un permis de travail de trois ans.

Ces mesures ont été disputées par les gouverneurs conservateurs de 26 Etats américains, qui assurent que c'est au Congrès, et non au président, de mettre en place une éventuelle réforme de l'immigration. Une cour fédérale du Texas leur a donné raison en février.

L'administration Obama avait fait appel de ce jugement mais lundi, une cour d'appel fédérale de La Nouvelle-Orléans a refusé, par deux votes contre un, de revenir sur la décision du tribunal texan.

L'affaire pourrait désormais être portée devant la Cour suprême. Il n'est pas certain que les magistrats trancheront avant que Barack Obama quitte la Maison Blanche en janvier 2017.

La décision prise lundi par la Cour d'appel montre que "la séparation des pouvoirs restent en vigueur dans ce pays, et que le président doit respecter l'Etat de droit, comme tout le monde", a réagi dans un communiqué le ministre de la Justice du Texas, Ken Paxton, qui avait présenté la première plainte contre les mesures Obama.

De son côté, le sénateur démocrate Bob Menendez, défenseur de la réforme sur l'immigration, a déclaré que "si la décision d'aujourd'hui peut décevoir les millions qui restent prisonniers dans l'ombre, elle ne surprend absolument pas". "La voie est enfin libre pour que la Cour suprême confirme la légalité" de cette réforme.

Quelque 11 millions de personnes, dont une grande partie de Mexicains, vivent et travaillent clandestinement aux Etats-Unis, certains depuis de très longues années.

ahg/elc/vog