NOUVELLES
10/11/2015 09:28 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Trois attaques au couteau contre des Israéliens, deux assaillants présumés tués

Trois nouvelles attaques au couteau ont été perpétrées mardi contre des Israéliens à Jérusalem-Est occupée et en Cisjordanie occupées et deux des assaillants palestiniens ont été tués, a indiqué la police israélienne.

Les deux attaques quasiment simultanées à Jérusalem sont les premières dans la ville depuis le 30 octobre, selon un listing officiel israélien.

Deux Palestiniens de 12 et 14 ans originaires de Jérusalem-Est ont blessé à coups de couteau un garde de sécurité du tramway à Pisgat Zeev, un quartier de colonisation à Jérusalem-Est. Le plus jeune a été grièvement blessé par des tirs du garde. Le deuxième a été arrêté après l'intervention des passagers du tramway.

La seconde attaque est le fait d'un Palestinien de 37 ans, Mohammed Nemr, également de Jérusalem-Est, qui, assure la police, a agressé des gardes de sécurité à l'entrée de la Vieille Ville, avant d'être abattu.

Un peu plus tard, à Abou Dis, une localité coupée de Jérusalem par le mur de sécurité érigé par Israël, un jeune Palestinien a tenté de poignarder un policier israélien à un checkpoint avant d'être tué, a dit la police israélienne.

Depuis le 1er octobre, des violences faisant craindre une nouvelle intifada ont fait 77 morts côté palestinien -dont un Arabe Israélien- et dix côté israélien dans les Territoires palestiniens, à Jérusalem et en Israël. Une grande majorité des Palestiniens tués l'ont été en tentant ou en menant des attaques selon Israël.

A Pisgat Zeev déjà, le 12 octobre, deux adolescents palestiniens avaient blessé deux Israéliens à l'arme blanche. Le plus âgé, Hassan Manasra, 15 ans, a été tué tandis que son cousin Ahmed, 13 ans, a comparu de nouveau mardi devant un tribunal israélien pour "tentatives de meurtre".

Depuis lundi soir, une vidéo de son interrogatoire qui a fuité sur internet fait polémique sur les réseaux sociaux et alimente la colère des Palestiniens.

La vidéo, montée, montre les enquêteurs l'interrogeant en arabe et lui faisant apparemment visionner des images de vidéosurveillance où lui et son cousin courent armés de couteaux derrière des Israéliens.

- Controverse sur une vidéo -

A plusieurs reprises, des enquêteurs hurlent sur l'adolescent en pleurs: "Regarde! Menteur! C'est toi!".

"Je ne sais pas, je ne me rappelle plus, tout ce que vous dites doit être vrai", répond Ahmed Manasra, visiblement exténué, en se frappant le visage.

Au tribunal, l'une des avocates d'Ahmed Manasra, Lea Tsemel, a dit à l'AFP se réserver la possibilité d'utiliser cette vidéo pour défendre son client.

La défense a "plaidé coupable de la plupart des accusations", a-t-elle dit. Mais, a-t-elle ajouté, "il ne voulait tuer personne. Avec son cousin, il cherchait seulement à +effrayer ceux qui tuent les gens de notre peuple+".

La porte-parole de la police Louba Samri, interrogée par l'AFP sur la vidéo, a affirmé: "nous parlons d'un terroriste accusé d'avoir essayé de tuer des innocents". "La police a mené l'enquête de façon professionnelle et sans aucune discrimination", a-t-elle ajouté.

Jérusalem a un temps été l'épicentre des violences en cours mais celles-ci se concentrent désormais principalement à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée.

A la mi-journée, des dizaines de manifestants ont réclamé à Hébron que la vingtaine de corps de Palestiniens abattus selon Israël en attaquant des Israéliens soit rendue à leurs proches. La cortège a, comme traditionnellement, dégénéré en heurts, a rapporté un correspondant de l'AFP.

jlr-mab-sbh/lal/vl