NOUVELLES
10/11/2015 11:37 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Trafic humain: un Britanno-Colombien reçoit une peine de 23 ans de prison

VANCOUVER — Un homme de la Colombie-Britannique reconnu coupable d'avoir opéré un réseau de trafic de jeunes filles s'est vu imposer, mardi, une peine de prison de 23 ans, une sentence plus sévère que ce que réclamait la Couronne.

La peine de Reza Moazami sera réduite de cinq ans, puisqu'il a été détenu de manière préventive dans l'attente de son procès. Il lui reste donc 18 ans à passer derrière les barreaux.

La juge Catherine Bruce de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a déclaré que M. Moazami avait manipulé et exploité des jeunes filles et que les infractions qu'il avait commises étaient extrêmement graves.

Selon la preuve déposée en cour, le suspect recrutait des jeunes filles vulnérables en leur promettant de leur fournir de l'alcool, de la drogue et, dans au moins un cas, un chiot. Il aurait ensuite menacé de faire du mal au chien si sa victime ne suivait pas ses ordres.

M. Moazami s'est défendu en arguant qu'il ne savait pas que les filles étaient mineures. Il a également fait valoir qu'il ne vivait pas grâce à l'argent que ses victimes recevaient en retour de relations sexuelles qu'elles avaient avec une moyenne de 12 clients par jour.

Les avocats de la défense réclamaient une peine de 10 à 12 ans derrière les barreaux, alors que la Couronne s'était prononcée pour une réclusion de 20 ans en prison.