NOUVELLES
10/11/2015 01:51 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Syrie: Pas de garantie de succès des pourparlers de Vienne (Steinmeier)

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier a estimé mardi que la réunion internationale sur la Syrie samedi à Vienne vise à "mettre un terme à la spirale de violences" mais qu'il n'y avait pas "de raison d'être optimiste".

"Tenter de mettre un terme à la spirale de violences et de chaos grandissants" est l'objectif "même si nous n'avons pas la garantie de pouvoir y parvenir", a indiqué le chef de la diplomatie lors d'une intervention à Berlin devant la Fondation Körber.

Il a ajouté qu'il n'y avait "pas la moindre raison de faire preuve d'optimisme et encore moins d'euphorie" avant cette réunion, la deuxième après celle du 30 octobre qui avait réuni 17 pays dans la capitale autrichienne.

Néanmoins M. Steinmeier a jugé que cette première rencontre avait été "le début de quelque chose" même s'il est impossible de dire "comment cela va évoluer".

"C'est une voie vers une désescalade partielle du conflit", a-t-il ajouté, rappelant que "quatre jours avant la première rencontre, je n'aurais pas pensé que nous parviendrions à ce que l'Iran et l'Arabie saoudite s'assoient à la même table".

"C'est tout de même un signe d'espoir dans une région où depuis cinq ans nous sommes habitués à entendre des nouvelles terribles", a-t-il insisté.

La première réunion de Vienne avait réuni 17 pays, dont les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite, l'Iran et des puissances européennes pour tenter de dessiner les contours d'une transition politique en Syrie après quatre ans et demi d'une guerre qui a fait 250.000 morts et des millions de réfugiés.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry doit notamment participer à cette deuxième rencontre destinée à trouver un règlement politique entre grandes puissances.

Les participants fin octobre -- en l'absence de représentants de l'opposition syrienne et du régime syrien -- s'étaient séparés sur un profond désaccord quant au sort du président Bachar al-Assad.

yap/alf/pt