NOUVELLES
10/11/2015 11:33 EST | Actualisé 10/11/2015 11:37 EST

Turcotte: le trouble de l'adaptation n'empêche pas de réfléchir, dit un expert

PC

SAINT-JÉRÔME _ Une personne qui souffre d'un trouble de l'adaptation comme Guy Turcotte ne perd pas contact avec la réalité ni sa capacité de réfléchir et d'être responsable de ses actes, a déclaré mardi un psychiatre mandaté par la Couronne.

Le docteur Pierre Bleau n'a pas examiné l'accusé, ni la preuve présentée à son procès criminel: il a été appelé à témoigner pour expliquer des notions sur la maladie mentale.

Les deux experts psychiatres de la défense avaient affirmé que Guy Turcotte était atteint, le soir où il a tué ses deux enfants, d'un trouble de l'adaptation avec humeur anxieuse et dépressive.

Selon le docteur Bleau, le trouble d'adaptation ne signifie pas que le cerveau de l'individu est malade. Loin de là. Cette caractérisation est réservée aux maladies qui altèrent biologiquement le cerveau, comme la démence.

Pour lui, le trouble de l'adaptation peut être très aigu et souffrant pour le patient. Mais le fait que cette personne devienne très absorbée par son problème ne l'empêche pas d'être responsable de ses décisions.

Il a précisé que les psychiatres estiment que de 10 à 15 pour cent de la population souffre d'un trouble de l'adaptation. Aussi fréquent en psychiatrie qu'un rhume pour la médecine générale, a-t-il dit.

Pour ce qui est du "raptus ou crise suicidaire", dont les experts de la défense ont fait grand cas, il dit ne pas utiliser ce terme.

Mais la crise suicidaire n'est pas une maladie mentale, a-t-il dit, formel. C'est un symptôme d'une maladie.

La défense a déclaré sa preuve close mardi matin. Le procès avait été suspendu depuis jeudi midi pour permettre aux procureurs de Guy Turcotte de faire certaines vérifications et de contacter un dernier témoin. Celui-ci n'était toutefois pas disponible pour venir au tribunal mardi.

La Couronne a ainsi entamé mardi la présentation de sa contre-preuve qui tourne autour de l'état mental de Guy Turcotte, le soir où il a tué ses deux enfants, le 20 février 2009.

Trois témoins experts ont été annoncés.

Le docteur Pierre Bleau sera contre-interrogé mardi matin par les avocats de Guy Turcotte.

Galerie photo L'affaire Turcotte en quelques photos Voyez les images