NOUVELLES
09/11/2015 23:20 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Les frappes aériennes affaiblissent le groupe EI mais restent insuffisantes (responsable américaine)

La campagne aérienne en Irak et en Syrie contre le groupe Etat islamique (EI) affaiblit l'organisation extrémiste mais reste insuffisante, a estimé mardi la secrétaire américaine aux Forces aériennes.

"Nous sommes en train de progresser dans notre stratégie de dégradation (des capacités de l'EI) qui doit conduire à (sa) destruction", a déclaré à la presse Deborah Lee James au troisième jour du salon aéronautique de Dubaï.

"Nous avons, collectivement, réduit le territoire contrôlé par l'EI (...) frappé ses centres de commandement et de contrôle et ses sites d'entraînement", a-t-elle dit.

"Nous avons frappé ses stocks d'équipements et nous avons tué des milliers de ses combattants, y compris des chefs de premier plan", a poursuivi la responsable américaine. "Nous nous attaquons aussi à leurs sources de revenus", a-t-elle encore dit.

Mais elle a estimé que la campagne aérienne contre le groupe jihadiste qui a pris le contrôle de larges pans des territoires irakien et syrien "prendrait des années".

"La force aérienne est extrêmement importante. Elle peut faire beaucoup mais ne peut pas faire tout. En définitive, elle ne peut pas occuper le territoire et, chose importante, ne peut pas le gouverner", a déclaré la responsable américaine.

"C'est là où nous avons besoin de troupes au sol", a-t-elle ajouté, en faisant référence à l'armée irakienne, l'Armée syrienne libre et les combattants kurdes.

"En fin de compte, ce conflit a aussi besoin d'une solution politique", a souligné la secrétaire américaine.

Depuis plus d'un an, les Etats-Unis conduisent une coalition de 65 pays qui est engagée dans des frappes aériennes contre l'EI en Irak et en Syrie qui n'ont eu qu'un impact limité sur les capacités du groupe extrémiste.

La Maison Blanche a annoncé le 30 octobre que le président Barack Obama avait autorisé l'envoi de "moins de 50 soldats" des forces spéciales en Syrie.

En quatre ans et demi d'un conflit qui a fait plus de 250.000 morts, il s'agit du premier envoi officiel de militaires américains sur le terrain syrien -- dans un rôle non combattant de conseillers.

Le 8 novembre, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter, a déclaré que son pays pourrait déployer plus de troupes en Syrie pour combattre le groupe EI si Washington peut trouver davantage de forces locales désireuses et capables de lutter contre les jihadistes.

ak/mh/feb