NOUVELLES
10/11/2015 17:19 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Les candidats républicains rejettent une hausse du salaire minimum

MILWAUKEE — L'ancien gouverneur de la Floride Jeb Bush a tenté de donner un peu d'éclat un peu terne en attaquant les réalisations économiques du président Barack Obama et en critiquant vertement la favorite démocrate Hillary Rodham Clinton lors du débat entre les prétendants républicains à l'investiture en vue de l'élection présidentielle de l'an prochain, mardi.

Le débat s'est ouvert sur les propositions économiques des candidats. Les animateurs, qui provenaient de la chaîne Fox Business News, ont laissé les candidats répondre longuement aux questions. Le format a donné peu de places aux échanges dans un premier temps.

Cela n'a pas duré. Le milliardaire Donald Trump et le gouverneur de l'Ohio, John Kasich, se sont vivement attaqués sur la question de l'immigration. Le premier a insisté pour réclamer la déportation de plus de 11 millions d'immigrants entrés clandestinement aux États-Unis. M. Bush a sauté à pieds joints dans la mêlée.

Salaire minimum

Se distançant des candidats démocrates, les prétendants à l'investiture républicaine en vue de l'élection présidentielle de 2016 se sont opposés d'une seule voix à l'augmentation du salaire minimum fédéral.

Ils ont soutenu qu'une hausse serait un boulet à la croissance de l'emploi aux États-Unis.

Le sénateur de la Floride, Marco Rubio a affirmé qu'en raison d'une augmentation du salaire minimum, les humains seront plus onéreux que les machines.

Donald Trump a renchéri en affirmant que cette hausse empêcherait les États-Unis à concurrencer le reste de la planète.

La candidate et favorite à l'investiture du Parti démocrate, Hillary Rodham Clinton, a réclamé une hausse du salaire horaire minimum de 7,25 $ à 12 $. Son principal adversaire, le sénateur du Vermont Bernie Sanders, souhaiterait que le salaire minimum soit porté à 15 $/heure.

Le débat entre les candidats républicains portait sur l'économie.

La joute oratoire pourrait être cruciale pour Jeb Bush. Il a rapidement tenté de se faire valoir en déplorant que son temps de parole eût été limité à environ quatre minutes lors du débat précédent, il y a deux semaines.