NOUVELLES
10/11/2015 03:55 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Le Premier ministre serbe retourne à Srebrenica après les incidents de juillet

Le Premier ministre serbe, Aleksandar Vucic, chassé en juillet par des jets de pierres lors de la commémoration du 20e anniversaire du massacre de Srebrenica, retourne mercredi dans cette ville de Bosnie orientale pour participer à une conférence économique.

M. Vucic, un ancien ultranationaliste devenu pro-européen, prononcera un discours à l'ouverture de cette conférence et devrait également se recueillir au centre mémorial du massacre, a-t-on appris auprès de la mairie de Srebrenica.

Lors de cette conférence, prévue sur deux jours, les autorités de Srebrenica souhaitent présenter des possibilités d'investissements dans cette ville martyre.

"Nous ne voulons pas bâtir une nouvelle Srebrenica, mais nous souhaitons parler de ce qu'elle était avant la guerre et ce qu'il est possible de faire aujourd'hui pour y améliorer le niveau de vie", a expliqué le maire musulman de la ville, Camil Durakovic.

Cette municipalité, jadis une des plus prospères de Bosnie, compte aujourd'hui environ 7.000 habitants, contre 37.000 avant le conflit.

Quelque 8.000 adolescents et hommes musulmans y ont été tués dans le massacre commis en juillet 1995, en l'espace de quelques jours, par les forces serbes de Bosnie et qualifié de génocide par la justice internationale.

Lors d'une visite à Sarajevo début novembre, M. Vucic a plaidé en faveur d'une amélioration des relations entre les Serbes et les musulmans qu'il a jugées "cruciales" pour la stabilité dans les Balkans occidentaux. Il a aussi annoncé que la Serbie allait investir dans des projets de développement à Srebrenica.

"Nous allons proposer de construire (...) avec des moyens qui pour nous ne sont pas insignifiants. Il faut voir si c'est une école, une crèche, un hôpital, ce que vous souhaitez, ce dont les gens de Srebrenica ont le plus besoin", a-t-il déclaré à cette occasion.

Le 11 juillet, M. Vucic venait de déposer une fleur devant un monument portant les noms des plus de 6.200 victimes identifiées et enterrées au mémorial de Srebrenica lorsque la foule a commencé à scander "Allah Akbar !" ("Dieu est grand !") et à jeter des pierres dans sa direction. Il a été touché à la lèvre par une pierre.

Certains ont tenté de s'en prendre physiquement à lui, mais il a fini par quitter le mémorial en courant, protégé par ses gardes du corps.

rus/cn/at