NOUVELLES
10/11/2015 05:23 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Le pétrole tente de se stabiliser à l'ouverture à New York

Les cours du pétrole ont ouvert en très légère baisse mardi à New York, essayant sans grand succès de se reprendre après près d'une semaine de baisse, face à une offre toujours excessive.

Vers 14H05 GMT, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en décembre, qui a cédé près de quatre dollars lors des quatre précédentes séances, perdait six cents à 43,81 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le marché semble hésiter "après avoir mal fini la séance d'hier" en accélérant sa baisse, a résumé Bart Melek, TD Securities, estimant que certains investisseurs considèrent que "le marché est allé un peu trop bas".

Cela ne suffit pas à relancer les cours, face à une actualité toujours peu engageante, dominée mardi par un rapport mitigé de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), basée à Paris et liée à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l'agence, le marché pétrolier devrait attendre 2020 pour se rééquilibrer autour de 80 dollars, mais il n'est pas exclu de subir une période prolongée de prix bas.

Toutefois parmi les raisons d'espérer une reprise des cours, "l'AIE s'attend à une nouvelle diminution des investissements l'an prochain", ont souligné les experts de Commerzbank.

"Depuis 25 ans, on n'a jamais connu deux années successives de baisse des investissements", ont-ils précisé. "L'AIE compte là-dessus pour avoir un impact sur l'offre de pétrole lors des prochaines années."

Le niveau excessif de l'offre, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ou en Russie, a largement contribué à faire chuter les prix depuis l'été 2014.

"Même s'il y a une réunion de l'Opep en décembre, les récentes informations faisant état d'une hausse de la production en Russie et en Arabie saoudite invalident les attentes d'une baisse de la production avant la fin de l'année", a pour l'heure prévenu Jameel Ahmad, analyste chez FXTM.

bur-jdy/jld/elc