NOUVELLES
10/11/2015 11:03 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Le pétrole finit en légère hausse à New York, à 44,21 dollars le baril

Le pétrole a légèrement monté mardi à New York après près d'une semaine de déclin continu, dans un marché peinant à tirer des conclusions de rapports mensuels contrastés de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et du département américain de l'Energie (DoE).

Après avoir perdu plus de quatre dollars lors des quatre précédentes séances, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en décembre a gagné 34 cents à 44,21 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"On a commencé en baisse puis on est allé dans les deux sens aujourd'hui", a résumé Phil Flynn, de Price Futures Group.

L'instabilité des cours a été encouragée par des interventions de trois grands organismes du monde du pétrole, l'AIE, l'Energy Information Agency (EIA) - une antenne du DoE -, qui ont chacune publié leur rapport mensuel sur l'état du marché, et l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont les responsables multiplient les déclarations ambigües.

Pour M. Flynn, le marché a surtout retenu que "l'EIA a abaissé sa prévision de production pour les Etats-Unis", ce qui est de nature à soutenir les cours.

La publication de l'agence américaine, qui table désormais sur une production de 8,8 millions de barils par jour (bj) en 2016 aux Etats-Unis, s'est, de fait, avérée plus encourageante pour les investisseurs que le rapport équivalent de l'AIE, une agence basée à Paris et liée à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Certes, l'AIE prévoit que le marché pétrolier se rééquilibrera autour de 80 dollars le barils en 2020 grâce à une offre moins élevée.

"Toutefois, l'envers de cet optimisme de long terme, c'est que l'AIE ne s'attend pas à un rééquilibrage rapide du marché, comme le retour du pétrole iranien va ralentir le rééquilibrage en 2016" à la suite de l'accord sur le nucléaire conclu en juillet entre Téhéran et les grandes puissances, a prévenu Tim Evans, de Citi.

Le niveau excessif de l'offre de pétrole sur le marché, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'Opep, dont est membre l'Iran, ou en Russie, a largement contribué à faire chuter les prix depuis l'été 2014.

L'Opep, qui publiera son propre rapport mensuel jeudi, a également animé le marché par les spéculations de plus en plus présentes sur l'attitude qu'elle adoptera lors de sa prochaine réunion, en décembre.

Le cartel "laisse entendre qu'il est au moins prêt à maintenir son plafond de production à 30 millions de bj", ce qui a tiré les cours vers le haut mardi, a estimé M. Flynn.

D'autres observateurs, comme M. Evans, se montrent toutefois nettement moins optimistes et jugent que l'Opep, qui produit de fait plus de pétrole que ce plafond théorique, va conserver sa stratégie de défense de ses parts de marché en maintenant une offre élevée.

jdy/jld/bdx