NOUVELLES
10/11/2015 01:37 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

L'ONG Memorial accusée d'appeler "au renversement du pouvoir" en Russie

La principale organisation de défense des droits de l'homme en Russie, Memorial, a été accusée par les autorités "d'appeler au renversement du régime et de saper les bases du système constitutionnel en Russie", a indiqué mardi à l'AFP l'un de ses dirigeants, Oleg Orlov.

Ces accusations "peuvent avoir diverses conséquences, y compris la fermeture de Memorial", a précisé M. Orlov en indiquant que le ministère de la Justice avait reproché à l'ONG d'avoir écrit que "des soldats russes ont participé à la guerre en Ukraine" et que "les opérations de la Russie contre l'Ukraine constituent une agression".

"Les affirmations du ministère de la Justice sont du délire, mais le délire devient peu à peu la norme dans notre vie", a commenté M. Orlov.

Memorial, créée par le dissident et prix Nobel de la Paix Andreï Sakharov, se consacré à l'étude des répressions à l'époque soviétique et à la situation des droits de l'Homme dans la Russie d'aujourd'hui.

Elle a déjà été inscrite par les autorités, avec une centaine d'autres ONG russes, sur un registre des "agents de l'étranger", c'est à dire d'organisations bénéficiant d'un financement étranger et ayant "une activité politique", formule particulièrement vague.

Les ONG concernées considèrent comme infamante cette appellation employée pour qualifier les "ennemis du peuple" sous Staline puis les dissidents accusés d'être à la solde de l'Occident.

"Le but de ces accusations, comme la loi sur les agents étrangers, est de détruire la société civile en Russie. La dissidence est assimilée à une activité antigouvernementale", a poursuivi M. Orlov.

Les opposants au président Vladimir Poutine dénoncent un ensemble de mesures prises ces dernières années par le Kremlin pour museler toute forme de contestation et renforcer le contrôle sur la société civile.

nm/kat/pt