NOUVELLES
10/11/2015 11:31 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Feu mis aux portes de l'ex-KGB : l'artiste russe en détention préventive

L'artiste russe Pyotr Pavlensky a été placé mardi en détention préventive pour avoir mis la veille le feu aux portes de la Loubianka, le bâtiment qui a longtemps abrité le KGB à Moscou, et aujourd'hui son successeur le FSB.

Un tribunal de district de Moscou a ordonné le placement en détention préventive jusqu'au 8 décembre de cet artiste connu pour ses happenings d'inspiration politique.Le procureur a estimé qu'il pourrait s'enfuir, faire pression sur des témoins ou récidiver, selon des agences de presse russe.

Connu pour s'être cloué les testicules sur la place Rouge, l'artiste a été arrêté par la police dansla nuit de dimanche à lundi après avoir mis le feu aux portes en bois de l'imposant immeuble des services secrets russes, à deux pas du Kremlin.

La police a ouvert une enquête pour "vandalisme", délit passible de trois ans de prison.

Devant le tribunal mardi, l'artiste a qualifié sa performance d'acte de protestation contre "une organisation qui tient 146 millions de personnes par la peur".

Son avocate Olga Chavdar a demandé une assignation à résidence assortie d'une caution d'un million de roubles (14.400 euros), qualifiant "d'absurde" l'accusation de vandalisme.

En réponse, la juge Marina Orlova a mis en avant le coût du remplacement de la porte estimé à 55.000 roubles (794 euros).

Pour sa part, Pavlensky a pris tout le monde par surprise en demandant à la juge de requalifier son geste comme un acte terroriste.

Parmi ses soutiens dans la salle du tribunal se trouvait Nadezhda Tolokonnikova, du groupe Pussy Riots, condamnée à deux ans de prison en 2012 pour une "prière punk" dans une église de Moscou.

Elle a salué l'action de Pavlensky qui a pour but "de montrer que l'Etat terroriste prend fin quand la peur disparaît de l'âme des citoyens", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le président russe Vladimir Poutine a lui-même été un agent du KGB, notamment en Allemagne de l'Est jusqu'à la chute du mur de Berlin, puis directeur du FSB à la fin des années 1990.

Pavlensky est toujours sous le coup de poursuites judiciaires après avoir brûlé des pneus dans la rue à Saint-Pétersbourg en février 2014, en soutien aux manifestations antigouvernementales à Kiev.

am/st/mct