NOUVELLES
10/11/2015 12:08 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Des manifestants enferment un maire argentin dans son hôtel de ville

BUENOS AIRES, Argentine — En Argentine, des manifestants en colère parce qu'ils pourraient bientôt perdre leur emploi ont enfermé un maire dans son hôtel de ville.

Le maire de Concepcion Roberto Sanchez a raconté à un média local, mardi, qu'il était prisonnier de l'édifice depuis lundi, alors que les protestataires ont érigé des barricades avec des pneus et les ont enflammées.

Les manifestants affirment que le maire refuse d'honorer le contrat de centaines de travailleurs embauchés par son prédécesseur.

M. Sanchez rétorque que l'ex-maire a laissé d'importantes dettes à la ville et qu'il a recruté, sans raison, plusieurs travailleurs tout juste avant de quitter la mairie de Concepcion, une ville située à environ 1200 kilomètres de Buenos Aires.

Il aurait ainsi fait passer le nombre de fonctionnaires municipaux de 650 à 1070, rendant la situation «invivable» pour la ville, selon le nouveau maire.

D'autres maires argentins font face à des mouvements de protestation depuis les dernières élections. Plusieurs administrations au pouvoir ont été renversées.

Le maire Gustavo Menendez, récemment élu à Merlo, une banlieue de Buenos Aires, a accusé son prédécesseur d'avoir encouragé la prise de possession de 300 logements à prix modiques par 3000 familles sans domicile fixe.

Mardi, des centaines de policiers ont été envoyés dans la région et devraient procéder à l'éviction des familles lorsque les autorités auront reçu l'autorisation légale de procéder.