NOUVELLES
10/11/2015 13:04 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Coyotes: l'attaquant Max Domi excelle à ses débuts dans la Ligue nationale

SCOTTSDALE, Ariz. — La recrue Max Domi, fils de l'ancien homme fort Tie Domi, connaît d'excellents débuts dans la LNH.

Lui et une autre recrue, Anthony Duclair, ont clairement eu leur rôle à jouer dans le début de saison honorable des Coyotes, qui ont récolté 15 points en 14 matches.

«Je n'avais pas d'attentes précises en termes de buts ou de points dans son cas, a dit le d.g. des Coyotes Don Maloney au sujet de Domi, qui a fourni sept filets et 13 points, à ce point-ci. J'espérais juste qu'il ait du temps de glace régulier et à partir de là, les points seraient au rendez-vous. Et c'est ce qui est arrivé.»

Suite à la blessure de Connor McDavid des Oilers, Domi, 20 ans, est l'un des favoris pour mériter le trophée Calder, même s'il est encore bien tôt pour parler de ce genre de choses.

Domi a fait sentir sa présence dès son tout premier match avec un but et une passe, dans un gain de 4-1 des siens à Los Angeles. Il est alors devenu le premier joueur des Coyotes avec plus d'un point à ses débuts depuis le capitaine actuel Shane Doan, qui a eu la distinction il y a 20 ans.

Domi n'a pas vraiment ralenti depuis. Comme exemple, lundi soir à Anaheim, il a marqué deux fois et les siens ont prévalu 4-3, en prolongation.

«Je m'amuse, a confié Domi. C'est ce qui compte à la fin: avoir du plaisir, tout en travaillant aussi fort que possible pour essayer de gagner des matches.»

Après avoir brillé avec les Knights dans la Ligue de l'Ontario, Domi a été le 12e choix au total lors du repêchage de 2013. Il a passé deux saisons de plus avec London, raffinant ses habiletés et devenant plus fort, aussi bien mentalement que physiquement.

La constance et la discipline sont des piliers de la vie de Domi depuis qu'il a 12 ans, alors qu'il a appris qu'il devait composer avec le diabète de type 1.

Il a dû changer sa diète, surveiller son taux de glycémie et s'auto-injecter quotidiennement, avant de passer à une pompe à la hanche, sous son uniforme.

«Le diabète n'a eu aucun impact sur la question de le repêcher ou pas, a dit Maloney. Ça lui amène d'autres responsabilités à chaque jour, mais il gère bien ça.»