NOUVELLES
09/11/2015 22:21 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Cambodge: l'opposition cite la Birmanie en exemple et appelle à une transition

Le chef du plus grand parti d'opposition cambodgien a appelé mardi à une transition pacifique dans son pays, dirigé d'une main de fer depuis plus de 30 ans par le Premier ministre Hun Sen, citant l'exemple de la victoire de l'opposition en Birmanie.

"Le mot impossible n'a, je pense, pas de sens. Si la Birmanie est parvenue à la démocratie, et elle est de toute évidence sur le chemin de la démocratie, cela devrait être possible", a déclaré mardi à Tokyo Sam Rainsy, président du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP).

Le décompte des résultats en Birmanie, avançant au compte-gouttes, confirmait mardi une victoire écrasante du parti de l'opposante Aung San Suu Kyi.

Au Cambodge, où des élections législatives doivent avoir lieu en 2018, les relations houleuses entre le pouvoir et les partis d'opposition se sont envenimées plus encore après les élections de 2013 à la suite desquelles le CNRP avait accusé le parti au pouvoir de fraudes.

"Personne ne peut résister à cette tendance, surtout de la part des jeunes (...) qui appellent au changement", a fait valoir l'opposant en visite au Japon, très important donateur du Cambodge.

"Oui, le vent, le vent de liberté qui souffle partout dans le monde va très bientôt parvenir au Cambodge", a-t-il dit au cours d'une conférence de presse.

Sam Rainsy et le vice-président de son parti Kem Sokha ont tous deux insisté sur leur volonté d'une transition sans violence.

"Nous allons négocier, nous allons leur assurer une sortie en toute sécurité, nous n'exercerons pas de représailles, nous préserverons leur dignité", a déclaré Sam Rainsy au sujet des dirigeants de son pays. "Nous ferons en sorte qu'ils puissent garder une partie de leur fortune et vivre confortablement".

"Donc je pense que la vraie question maintenant est de savoir comment assurer une sortie sûre aux dirigeants actuels", a-t-il insisté, demandant le soutien de la communauté internationale qu'il a appelée à "ne pas être complaisante ou indulgente" envers le pouvoir en place.

uh/anb/at