NOUVELLES
10/11/2015 12:10 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Agressions sexuelles: Vallée insiste sur la nécessité de porter plainte

QUÉBEC — Alors qu'une députée expliquait sa décision de dénoncer une agression sexuelle sans recourir à la voie judiciaire, mardi, la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a insisté sur l'importance de porter plainte au criminel.

Au lendemain de sa dénonciation qui a fait les manchettes à travers le Québec en début de semaine, la députée libérale de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard, s'est montrée satisfaite des excuses reçues concernant un attouchement dont elle a été victime la semaine dernière.

Mme Simard s'est défendue d'avoir déconsidéré le système judiciaire en dénonçant samedi sur sa page Facebook un homme d'affaires de sa région qui lui a mis la main sur un sein lors d'un événement public à Baie-Saint-Paul.

Selon la députée, sa décision d'opter pour la voie de la «justice réparatrice» lui a permis de régler cette situation.

Interrogée par la suite, Mme Vallée a insisté sur l'importance de laisser le système judiciaire traiter ce type d'événements.

La ministre a affirmé que les procureurs de la Direction des poursuites criminelles et pénales sont en mesure de déterminer si des poursuites sont nécessaires.

«J'invite les femmes qui sont victimes d'agressions sexuelles à porter plainte parce que c'est d'abord et avant tout un acte criminel, a-t-elle dit. Et par la suite, la façon dont le dossier sera traité ça appartiendra au Directeur des poursuites criminelles et pénales. Mais je ne peux qu'encourager les femmes à porter plainte et à dénoncer leur agresseur.»