NOUVELLES
10/11/2015 07:25 EST | Actualisé 10/11/2016 00:12 EST

Afghanistan: 8 otages chiites libérés (autorités)

Les services de renseignement afghans ont annoncé qu'ils étaient parvenus à libérer mardi huit otages appartenant à la minorité chiite hazara, dont certains avaient été enlevés par des hommes armés en début d'année.

Le NDS, l'agence afghane de renseignement, a indiqué que les cinq hommes, deux femmes et un adolescent avaient été libérés dans la province de Ghazni, dans le centre du pays, sans fournir davantage de détails.

Fin février, des hommes armés avaient enlevé 31 passagers voyageant dans deux autocars à Zaboul, une province instable du sud-est de l'Afghanistan. La plupart des otages étaient des Hazaras, une minorité dont les membres sont chiites dans leur quasi-totalité.

Dix-neuf otages avaient été relâchés en mai, en échange de prisonniers jihadistes, selon des responsables locaux.

D'après Mohammad Ali Ahmadi, gouverneur-adjoint de la province de Ghazni, cinq des huit otages libérés mardi appartenaient au groupe kidnappé en février, tandis que les trois autres ont été enlevés il y a environ cinq mois.

Les Hazaras, une minorité aux traits asiatiques, ont parfois été persécutés à l'époque où les talibans, fondamentalistes sunnites, dirigeaient l'Afghanistan (1996-2001). Et ces derniers mois ont vu une augmentation des violences à leur égard. Dimanche, les autorités ont découvert les corps décapités de sept Hazaras dans la province de Zaboul, un acte condamné par le président afghan Ashraf Ghani et ses alliés américains.

Les circonstances de ces assassinats sont encore opaques, mais ils sont survenus dans la province de Zaboul où s'affrontent depuis samedi deux factions talibanes rivales dans des combats très meurtriers.

Signe de la colère des Hazaras, plusieurs milliers d'entre eux ont manifesté dans la province de Ghazni mardi. Les manifestants ont porté les cercueils des sept victimes décapitées et ont lancé des slogans hostiles aux talibans et à l'organisation de l'Etat islamique.

Les cercueils ont ensuite été transférés dans la soirée à Kaboul, où ils ont été accueillis par des centaines de personnes munies de chandelles.

Mercredi, la communauté hazara de Kaboul a prévu de manifester son mécontentement face à l'"inaction" dont se rend coupable le gouvernement afghan, selon elle.

strs-us/gde/lpt