NOUVELLES
09/11/2015 06:04 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Wall Street ouvre en légère baisse, inquiète pour la croissance mondiale

Wall Street a ouvert en légère baisse lundi, suivant la tendance des Bourses européennes inquiètes pour la croissance mondiale en l'absence de statistiques américaines: le Dow Jones cédait 0,62% et le Nasdaq 0,42%.

Vers 14H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 110,70 points à 17.799,63 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 21,59 points à 5.125,53 points, après avoir tous deux ouvert dans le rouge.

Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 cédait 0,54%, soit 11,30 points, à 2.087,90 points.

Vendredi, la Bourse de New York avait fini en légère hausse, les investisseurs hésitant sur l'attitude à adopter face à d'excellents chiffres sur l'emploi américain ainsi qu'à leur implication pour la politique monétaire américaine: le Dow Jones avait pris 0,26% à 17.910,33 points et le Nasdaq 0,38% à 5.147,12 points.

"Les indices sont prêts à décliner après six semaines consécutives de hausse", ont souligné les analystes de Wells Fargo.

Patrick O'Hare, de Briefing, a mentionné pour sa part l'impact d'une nouvelle révision en baisse de la prévision de la croissance économique mondiale de l'Organisation de coopération et de développement économiques pour 2015 et 2016, déjà mal accueillie par les investisseurs européens.

Se disant "profondément préoccupée" de la faiblesse du commerce international, dont la Chine est un pivot, l'OCDE estime la croissance de cette année à 2,9%, contre 3% précédemment, et celle de l'an prochain à 3,3%, contre 3,6% attendus auparavant.

Les autorités chinoises de leur côté ont publié dimanche de nouveaux chiffres inquiétants sur le commerce, avec une baisse des importations comme des exportations en octobre sur un an. Le gouvernement publiera les chiffres de l'inflation mardi.

Par ailleurs, les investisseurs américains attendaient un discours prévu à la mi-journée du président de la Réserve fédérale de Boston Eric Rosengren pour tenter d'y déceler de nouveaux indices à la fois sur l'état de l'économie américaine et sur la possibilité d'une hausse des taux d'intérêt le mois prochain. M. Rosengren ne vote toutefois pas cette année au sein du Comité de politique monétaire (FOMC).

Les créations d'emplois bien plus nombreuses que prévu en octobre présentent un dilemme pour les investisseurs, hésitant à se réjouir de cette bonne nouvelle de peur qu'elle ne pousse la Fed à rehausser les taux.

Le marché obligataire baissait. Le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichait à 2,369%, contre 2,326% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,133% contre 3,090% auparavant.

chr/jld/elc