NOUVELLES
09/11/2015 12:50 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Une fraternité d'étudiants réclame 25 millions $ au Rolling Stone

RICHMOND, Va. — Une fraternité étudiante de l'Université de Virginie intente une poursuite de 25 millions $ contre la revue Rolling Stone qui l'avait associée à tort à un viol collectif, affirmant qu'elle et ses membres avaient fait l'objet «d'une avalanche de condamnations à l'échelle mondiale» en raison de l'article.

La poursuite, déposée à la cour de Charlottesville, cite également l'auteure de l'article, Sabrina Rubin Erdely. Il s'agit de la troisième poursuite à être intentée contre Rolling Stone depuis que la revue a publié un article intitulé: «Un viol sur le campus: une agression brutale et les difficultés pour obtenir justice à l'Université de Virginie». Trois membres de la fraternité et récents diplômés ont intenté des poursuites individuelles d'au moins 225 000 $. La responsable adjointe pour les affaires étudiantes, décrite comme la «principale vilaine», a aussi déposé une plainte en diffamation contre la revue et réclame plus de 7,5 millions $.

Une porte-parole du Rolling Stone, Kathryn Brenner, a dit que l'hebdomadaire n'avait aucun commentaire à formuler au sujet de la poursuite.

En novembre 2014, le Rolling Stone avait publié un article décrivant un soi-disant viol collectif commis par sept hommes dans les locaux de la fraternité Phi Kappa Psi, soulevant une indignation à l'échelle des États-Unis.

Toutefois après une instigation de la police de Charlottesville et des contre-enquêtes effectuées par d'autres médias, le Rolling Stone avait dû se rétracter. La direction de la revue et Mme Erdely avaient présenté leurs excuses mais la fraternité fait valoir que les torts à sa réputation ont déjà été faits. 

La plaignante soutient aussi que la revue voulait publier un article «sur un viol violent» dans une université prestigieuse et a rejeté tout angle qui n'était pas assez sensationnel.