NOUVELLES
09/11/2015 02:12 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Turquie: arrestation de 38 personnes soupçonnées de vouloir rejoindre l'EI

Trente-huit personnes, dont dix femmes et quinze enfants, qui voulaient rejoindre le groupe Etat islamique (EI) ont été arrêtées par la police turque dans le sud du pays, a rapporté lundi l'agence de presse progouvernementale Anatolie.

Les interpellations ont eu lieu à Seyhan, dans le province d'Adana, à une date non précisée. Tous les suspects sont des ressortissants étrangers, en provenance d'Asie centrale, d'Indonésie, d'Irak et d'Iran, selon Anatolie.

Deux ressortissants français et cinq indonésiens, soupçonnés de vouloir combattre en Syrie dans les rangs de l'EI, avaient été arrêtés dans la même province samedi.

Douze personnes soupçonnées de vouloir rejoindre l'EI ont par ailleurs été arrêtées dimanche par l'armée dans la province de Gaziantep (sud) près de la frontière syrienne, a annoncé lundi le commandement militaire sur son site internet.

La police turque multiplie les descentes dans les milieux jihadistes à l'approche du sommet des dirigeants du G20 prévu le week-end prochain à Antalya (sud). Vingt suspects, dont deux Russes, ont été arrêtés vendredi dans cette région.

Les autorités ont aussi intercepté vendredi à l'aéroport d'Istanbul une quarantaine de personnes en provenance du Maroc, soupçonnées elles aussi de vouloir rejoindre l'EI et qui ont été expulsées dans la foulée.

Après des mois de pression de la part de ses alliés de l'Otan, Ankara a renforcé depuis un an les contrôles à ses frontières pour traquer les nombreux apprentis jihadistes, notamment européens, qui rejoignent l'EI en Syrie.

Les autorités turques ont interpellé et expulsé plus de 2.300 jihadistes présumés depuis 2014, selon les derniers chiffres officiels.

Le groupe EI est accusé par la Turquie d'avoir commandité l'attentat suicide qui a fait 102 morts le 10 octobre dernier devant la gare centrale d'Ankara.

gkg/pa/jh