Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Premier contact Chevrolet Camaro 2016 : se perdre au Texas (PHOTOS)

L’idée était simple. Nous avions environ 30 heures pour nous rendre à Dallas au Texas à partir de la Nouvelle-Orléans. Deux jours donc pour parcourir 838 kilomètres, soit un peu plus de sept heures de route puisque la limite sur les autoroutes des régions rurales du Texas est de 75 mi/h, ou 120 km/h.

Chevrolet Camaro 2016

Tout cela au volant de la nouvelle Chevrolet Camaro 2016, plus spécifiquement la version SS à moteur V8, avec une boîte manuelle en plus. Nous avions amplement le temps de nous perdre, et c’est ce que Chevrolet souhaitait en réalité. Différent de la majorité des lancements auxquels nous ont habitués les constructeurs, celui-ci n’avait pas de routes préétablies. Nous partions tôt le matin en Louisiane, et rendez-vous le lendemain en fin d’après-midi au Texas.

Sans vous endormir avec mes histoires de journaliste automobile, disons que la plupart du temps, tout est préparé pour nous. Les routes, les hôtels, les restaurants et ainsi de suite. Cette fois-ci, nous étions à peu près libres comme l’air. C’était plus un road trip qu’un dévoilement de nouveau modèle en fait, et c’était très bien ainsi.

Surtout que nous avions une voiture qui donne envie d’aller à l’aventure. Plus légère et plus puissante, la Chevrolet Camaro SS 2016 avec son gros V8, son échappement bruyant et son capot bombé (une belle amélioration pour 2016) que nous avions entre les mains était tout à fait à la maison dans le sud des États-Unis. Il s’agit d’une région où les véhicules américains, surtout les camionnettes à la suspension remontée et ornées du drapeau confédéré dans certains cas, ainsi que les muscle cars d’antan et d’aujourd’hui, sont légions. Faire le même périple en BMW Série 7 ou en Nissan Versa n’aurait pas été pareil, et cela n’a rien à voir avec ces deux véhicules.

Avant de partir, chaque journaliste devait piger dans un sac pour déterminer la version qu’il ou elle allait conduire lors du voyage. Mon collègue et moi-même n’avions d’yeux que pour la SS, et si possible avec la manuelle à six rapports. Par chance, nous sommes tombés sur un exemplaire argenté à moteur V8 comme nous le voulions, mais avec une boîte automatique à huit rapports. Un souhait réalisé sur deux, ce n’est pas si mal non?

Sauf que voilà qu’un autre journaliste, peu à l’aise avec une boîte manuelle, nous offre d’échanger. C'est comme ça que nous nous sommes retrouvés avec notre Camaro de couleur Blue me away, le nom donné par GM au bleu éclatant de son nouveau muscle car, avec une transmission qui ne peut faire le travail à elle seule.

Entièrement équipée, notre Camaro 2SS (SS désigne les modèles à moteur V8 tandis que 2 désigne la version la mieux équipée) était dotée des sièges en cuir ventilés et chauffants, la visualisation tête haute, un volant chauffant, le système de surveillance de la circulation transversale, l’alerte de changement de voie et l’éclairage intérieur configurable.

Tout cela s’ajoutait à une liste d’équipement de série assez exhaustive comprenant la climatisation automatique, la caméra de recul, le système OnStar avec WiFi 4G à l’intérieur, le démarrage par bouton-poussoir et le démarrage à distance (sur les modèles à boîte automatique).

Plus puissante et plus légère

Sous le capot, le V8 de 6,2 litres de la SS développe 455 chevaux, ce qui lui permet d’atteindre 100 km/h en un peu plus de 4,0 secondes. La Camaro 2016 offre également un moteur V6 de 3,6 litres développant 335 chevaux ainsi qu’un tout nouveau quatre-cylindres turbo de 275 chevaux, mais c’est avec le V8 que nous avons passé notre séjour dans le sud.

L’ancienne Camaro SS donnait l’impression d’être lourde et peu agile, ce qui était vrai en réalité. La nouvelle semble avoir passé plusieurs heures au gymnase. Les modèles à moteur V8 ont perdu 223 livres grâce à une nouvelle architecture modulaire, en plus de gagner 29 chevaux. Tout cela fait en sorte que la nouvelle Camaro est beaucoup plus agréable et maniable tout en étant plus rapide autant à accélérer qu’à réagir.

La sonorité du moteur est également améliorée, et de beaucoup. L’ancienne Camaro semblait un peu timide quand on écrasait l’accélérateur, la nouvelle est beaucoup plus extravertie, laissant tomber un grondement sourd et fort à chaque montée en régime.

Sur la route

Malgré les bonnes intentions que mon collège et moi-même avions de trouver des routes sinueuses, nous avons passé la plus grande partie de notre voyage sur des routes de campagnes et des autoroutes bien droites.

Nous avons alors été en mesure de constater que, comme la génération précédente de la Camaro, la nouvelle offre une visibilité assez restreinte. On ne voit pratiquement rien à l’arrière tandis qu’un pilier A épais à l’avant et pilier C imposant à l’arrière réduit de beaucoup la visibilité ¾. Les petites surfaces vitrées n’aident pas non plus et en ville, il faut se pencher la tête pour apercevoir le feu de circulation. Le style agressif de la Camaro oblige ces concessions au niveau de visibilité, et certains diront que c’est le prix à payer pour conduire une voiture qui met l’accent davantage sur les performances et l’image que sur les considérations pratiques.

Le confort, sans être inexistant, n’est pas non plus exceptionnel, à l’exception des sièges qui offrent amplement de support. C’est surtout le bruit de roulement que l’on remarque, un bruit qui devient quelque peu agaçant après quelques heures sur l’autoroute.

Mais si l’on est amateur de Camaro ou de muscle car en général, ces détails ne nous dérangent pas. Ils ne me dérangeaient pas non plus à vrai dire. Car la Camaro est une voiture de passionnés, et les passionnés savent qu’ils auront des compromis à faire.

Il n’y a cependant aucun compromis à faire sur les performances, désormais à la hauteur, ni sur la sonorité du moteur ou le design de la voiture.

La voiture ne faisait pas nécessairement tourner les têtes sur la route, mais au Texas, des Camaro, il y en a beaucoup.

Notre périple dans le deep south s’est déroulé comme je l’aurais cru. Nous avons mangé beaucoup de friture (plus que nos ventres peu habitués étaient en mesure de digérer bien souvent), nous avons rencontré des gens qui n’avaient aucune idée que le Canada était un pays ou qu’il existait, et nous avons même eu l’occasion de vivre une expérience tout à fait texane, la visite d’un bon vieux gunshop où une mitraillette AK-47 ou encore un lance-grenades s’offrent à vous pour moins de 2 000 $.

J’ai également découvert une Chevrolet Camaro 2016 plus amusante et plus puissante, mais pas plus confortable. En termes de prix, il faudra prévoir entre 28 245 $ et 47 150 $, une échelle de prix qui, en raison des performances des différentes versions, est plus que raisonnable.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.