NOUVELLES
09/11/2015 06:28 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Nord du Cameroun: trois civils et deux kamikazes tués dans un attentat-suicide (habitants, autorités locales)

Trois civils et deux femmes kamikazes ont été tués lundi au cours d'un attentat-suicide près d'une mosquée à Fotokol, ville frontalière du Nigeria dans l'extrême nord du Cameroun, selon des habitants et une source proche des autorités locales.

"Une kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée à Fotokol. Une seconde a été neutralisée et abattue. Manifestement, les deux kamikazes visaient la mosquée", a précisé à l'AFP la source proche des autorités locales.

"Trois civils ont également été tués", a ajouté une source sécuritaire.

Un premier bilan établi d'après les témoignages d'habitants faisait état de quatre personnes mortes, dont les kamikazes, au cours de cette attaque similaire à de précédents attentats menés dans la région du lac Tchad par le groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Dimanche, ce sont deux civils qui avaient été tués et 14 blessés dans la localité tchadienne de Ngouboua, dans la région du lac Tchad, lorsque deux femmes kamikazes du groupe Boko Haram se sont fait exploser.

Cette localité avait déjà été attaquée à plusieurs reprises par des islamistes nigérians de Boko Haram qui a rallié l'organisation de l'Etat islamique (EI).

De même, Fotokol est régulièrement la cible d'attaques transfrontalières du groupe nigérian. Ainsi, le 11 octobre, deux femmes kamikazes se sont fait exploser dans le village de Kangaleri, à une trentaine de km de Mora, dans la province de l'Extrême-Nord.

La première femme avait tué neuf personnes dans un petit restaurant, tandis que la seconde s'est fait exploser, sans faire de morts.

L'attentat-suicide de lundi à Forokol est le 16e dans l'Extrême-Nord du Cameroun depuis juillet. Plus de 100 personnes ont péri dans ces attentats attribués aux islamistes nigérians.

Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire regroupant les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians. Ceux-ci poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

Depuis des mois, ils sont retranchés dans la forêt de Sambisa et les monts Mandara, au Nigeria, ainsi que sur les innombrables îles du lac Tchad.

Boko Haram, dont l'insurrection et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009, est tenu pour responsable de la mort de plus de près de 1.300 personnes depuis la prise de fonctions du nouveau président nigérian Muhammadu Buhari le 29 mai. M. Buhari a fait du combat contre les islamistes sa priorité.

rek-jpc/jlb