NOUVELLES
09/11/2015 05:34 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Le pétrole ouvre en légère baisse à New York, dans un marché morose

Les cours du pétrole ont ouvert en légère baisse lundi à New York, essayant d'interrompre leur nette chute de la précédente semaine, le marché restant sous la pression d'une offre élevée et d'un dollar fort.

Vers 14H10 GMT, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en décembre, qui avait perdu plus de deux dollars la semaine dernière, perdait sept cents à 44,22 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"La surabondance élevée de pétrole devrait empêcher les cours de se reprendre à court terme", ont prévenu les experts de Commerzbank.

Le marché fait toujours face à une offre jugée excessive, que ce soit de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), de la Russie ou des Etats-Unis.

Sur ce dernier plan, les investisseurs ont tout de même obtenu un peu de soulagement après l'annonce d'une nouvelle diminution du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, à leur plus bas niveau depuis plus de cinq ans, selon les chiffres du groupe privé Baker Hughes.

Les experts de Commerzbank relativisaient toutefois l'importance de ce chiffre et notaient en outre que le marché restait sous le coup de la force du dollar, défavorable aux échanges pétroliers car ils sont libellés en monnaie américaine.

Les investisseurs souffrent de cette influence négative "dans le sillage de chiffres étonnamment solides sur l'emploi américain" publiés vendredi, qui ont permis à la monnaie américaine de monter à son plus haut niveau depuis plus de six mois, ont-ils précisé. Lundi, le dollar s'affaiblissait très légèrement face à l'euro mais restait proche de ces niveaux.

Parmi les rares éléments de soutien, "on entend beaucoup parler de créances douteuses dans le secteur", a rapporté Carl Larry, de Frost & Sullivan. "Il semble que des groupes pétroliers aient des ennuis et que l'on pourrait voir la production (américaine) baisser un peu plus vite que prévu" d'ici la fin de l'année.

Il ajoutait néanmoins que ce facteur restait à l'état de rumeurs, faute d'annonce concrète.

jdy/jld/elc

BAKER HUGHES