NOUVELLES
09/11/2015 05:21 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

La Serbie se réjouit du rejet de l'adhésion du Kosovo à l'Unesco

Le rejet de la demande d'adhésion du Kosovo à l'Unesco représente une "victoire juste et morale" pour la Serbie, a déclaré lundi le président serbe Tomislav Nikolic après le vote intervenu devant l'organisation onusienne.

"Il s'agit d'une victoire juste et morale acquise dans des conditions presque impossibles", a déclaré M. Nikolic dans un communiqué. La candidature du Kosovo, ancienne province serbe dont la majorité albanaise a proclamé l'indépendance en 2008, a été rejetée car elle n'a pas obtenu les 2/3 des votes des États membres.

La demande d'adhésion du Kosovo, qui a obtenu le soutien de 92 pays, devait obtenir 95 voix pour être acceptée. Cinquante pays ont voté contre et 22 se sont abstenus.

M. Nikolic a félicité le gouvernement serbe pour ses "efforts diplomatiques" et pour avoir "refusé de baisser les bras même lorsque tout paraissait perdu".

"Il s'agit de la poursuite de notre lutte pour le Kosovo et d'un signe suffisamment clair que nous ne renoncerons jamais à notre province méridionale", a ajouté M. Nikolic.

L'église orthodoxe serbe (SPC) s'est également félicitée du résultat du vote.

Le vote a montré que "l'Unesco n'est pas prête à des décisions politiques qui menacent la sécurité du patrimoine", a affirmé la SPC, appelant "au dialogue et à l'édification de la confiance comme seuls moyens de résoudre tous les problèmes".

A Pristina, le chef de la diplomatie kosovare Hashim Thaçi a assuré que "ceux qui on fait campagne en faveur du Kosovo ont donné leur maximum".

"La voie empruntée par le Kosovo est irréversible et nous allons déposer notre candidature pour l'adhésion à d'autres organisations, et de nouveau pour adhérer à l'Unesco", a déclaré M. Thaçi sur son compte Facebook.

"Dommage, il nous manquait trois voix, mais nous ne faisons que commencer et sommes encouragés par le soutien obtenu: 92 voix pour!", a de son côté noté Bekim Collaku ministre kosovar pour les Intégrations européennes sur son compte twitter.

Le père Sava Janjic, du monastère Visoki Decani, un édifice datant du 14e siècle, protégé par des militaires de l'Otan déployés depuis la fin du conflit serbo-kosovar (1998-99), a souligné, toujours sur twitter, que "la chance pour un dialogue équilibré et pour édifier la confiance" l'ont emporté lors du vote à Paris.

mat/cn/lpt

FACEBOOK