NOUVELLES
09/11/2015 06:24 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

L'UE réclame davantage d'efforts à Kiev dans la lutte contre la corruption

L'Union européenne a demandé lundi aux autorités pro-occidentales ukrainiennes de faire davantage d'efforts en matière de lutte contre la corruption afin de renforcer leur "crédibilité" après le scandale entourant la création d'un parquet anti-corruption.

"Nous avons souligné la nécessité de mettre en oeuvre la réforme anticorruption, cruciale pour la crédibilité et le développement de toutes les autres" réformes, a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini à l'issue d'une rencontre à Kiev avec le président Petro Porochenko.

Elle a pressé Kiev de mettre en place "des structures anticorruption qui pourraient commencer leur travail bientôt", mesure qui fait partie des conditions posées par l'UE pour une éventuelle introduction dès 2016 d'un régime sans visas pour les Ukrainiens.

Cette déclaration intervient au moment où le président Porochenko et son procureur général sont accusés par des militants et des ONG spécialisées de bloquer la création d'un parquet anticorruption indépendant dont quatre des onze membres sont délégués par le parquet général.

Le procureur général a choisi à ces postes quatre hauts responsables du parquet ayant figuré dans des scandales de corruption, ce qui a provoqué un tollé en Ukraine et de vives critiques de la représentation de l'UE à Kiev.

Le président Porochenko a annoncé la semaine dernière le remplacement de deux des quatre personnalités controversées, affirmant avoir rempli ainsi les exigences de l'UE. "L'Ukraine a réglé vendredi le problème concernant les membres de la commission", a-t-il réitéré lundi aux côtés de Mme Mogherini.

Cependant plusieurs ONG anti-corruption dont la branche ukrainienne de Transparency International ont accusé dans une déclaration conjointe le chef de l'Etat de "manipuler" et "tromper" l'opinion publique et les Occidentaux, et insisté sur la nécessité de remplacer les quatre délégués du parquet.

Petro Porochenko est arrivé au pouvoir dans la foulée du soulèvement proeuropéen de Maïdan réprimé dans le sang et qui s'est soldé par la chute en février 2014 du président prorusse Viktor Ianoukovitch, accusé de corruption par ses opposants.

Un an et demi après l'arrivée au pouvoir de M. Porochenko, la corruption continue de ronger ce pays classé 142 sur 175 pays dans le dernier classement de Transparency International sur la perception de la corruption par la population dans le monde.

dg-os-ant/kat/lpt