NOUVELLES
08/11/2015 23:30 EST | Actualisé 08/11/2016 00:12 EST

Inde: les réformes vont se poursuivre malgré une cuisante défaite électorale (ministre)

Le gouvernement indien va poursuivre ses réformes économiques en dépit de la défaite électorale cuisante du parti nationaliste du Premier ministre dans des élections régionales, a assuré lundi le ministre des Finances.

Le Premier ministre Narendra Modi et le Bharatiya Janata Party (BJP) ont essuyé une défaite sans appel lors de législatives cruciales dans l'Etat du Bihar, l'un des Etats les plus pauvres et les plus grands du pays.

Le Premier ministre comptait sur une victoire pour se renforcer au Parlement et relancer son programme de réformes mais l'opposition va désormais se sentir des ailes et redoubler d'efforts pour leur faire échec, d'après les analystes.

Si le BJP avait remporté largement en mai 2014 les législatives indiennes, il n'avait pas obtenu la majorité à la chambre haute du Parlement -dont les membres sont issus des scrutins pour les assemblées de chaque Etat- et tablait sur l'élection au Bihar pour y monter en puissance.

La Bourse indienne a reculé de 2,3% lundi matin avant de se reprendre quelque peu.

Le ministre des Finances Arun Jaitley a déclaré que le gouvernement irait de l'avant dans son programme de réformes, y compris pour instaurer une TVA à l'échelle nationale.

"Je ne vois pas (la défaite) comme un revers pour l'économie (...). Les réformes structurelles vont se poursuivre. Elles doivent se poursuivre à un rythme rapide", a-t-il dit au réseau ET Now TV.

"Les élections ne sont pas des référendums. Une élection d'Etat n'est pas un référendum", a-t-il martelé.

Une coalition de partis locaux rivaux ont remporté 178 sièges sur 243 à l'assemblée du Bihar, contre 53 au BJP.

Le Premier ministre n'avait pas ménagé ses efforts durant la campagne électorale dans cet Etat où habitent une centaine de millions d'habitants. Il avait promis l'équivalent de milliards d'euros pour le développement du Bihar, qui compte les taux de malnutrition et d'analphabétisme parmi les plus élevés de l'Inde.

La croissance économique indienne tourne autour de 7% mais des réformes clé promises par le Premier ministre afin d'accélérer les investissements et de créer des emplois pour des dizaines de millions de jeunes Indiens sont au point mort.

abh-tha/ev/pt