NOUVELLES
09/11/2015 09:26 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

GB: des personnalités indiennes réclament la restitution du diamant Koh-i-Noor

Rapatrier le fabuleux et légendaire Koh-i-Noor, diamant de 105 carats... qui orne une couronne fabriquée pour la mère de la reine Elizabeth II d'Angleterre: tel est le projet de personnalités du spectacle et des affaires en Inde qui entendent porter l'affaire devant la justice.

Stars de Bollywood et hommes d'affaires "se sont regroupés pour demander à des avocats de lancer une action en justice devant la Haute Cour de Londres", assurait lundi le quotidien The Independent.

"Le Koh-i-Noor n'est pas juste une pierre de 105 carats, c'est une partie de notre histoire et de notre culture et il n'y aucun doute sur le fait qu'il devrait être restitué", explique l'actrice Bhumicka Singh, dans le Daily Mail.

Le diamant avait été offert en 1849 à la reine Victoria, également impératrice des Indes, lors de la conquête du Pundjab.

Il orne aujourd'hui une couronne fabriquée spécialement pour la Reine mère Elizabeth (1900-2002), et est actuellement visible à la Tour de Londres. La légende dit que celui qui le possède gouvernera le monde, mais il a aussi la réputation de porter malheur.

Satish Jakhu, un avocat mandaté par le groupe de personnalités indiennes, indique dans The Independent que la procédure judiciaire pourrait être également portée devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

Contacté à ce sujet par l'AFP, son cabinet n'a pas souhaité commenter l'affaire, pas plus que Buckingham Palace.

L'annonce de cette action en justice intervient alors que le Premier ministre indien Narendra Modi doit effectuer à partir de jeudi une visite de trois jours au Royaume-Uni, au cours de laquelle il rencontrera notamment son homologue britannique David Cameron.

Ce dernier a déjà déclaré par le passé que le diamant, qui a fait l'objet de plusieurs demandes de restitution, "ne bougerait pas" du Royaume-Uni.

Outre le Koh-i-Noor, la Grande-Bretagne fait l'objet de pressions de longue date pour restituer les frises du Parthénon d'Athènes à la Grèce, mais elle s'y est toujours refusée.

eg/fb/cls/lpt