NOUVELLES
09/11/2015 10:08 EST | Actualisé 09/11/2015 12:58 EST

Dopage: l'Agence mondiale antidopage réclame la suspension de la Russie de toutes les compétitions

La Russie, son gouvernement, les responsables de sa fédération d'athlétisme et ses athlètes ont été lourdement accablés par le rapport de la commission d'enquête indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui réclame sa mise au ban du monde sportif.

La Russie doit être suspendue de toutes compétitions, dont les JO-2016 de Rio, en raison de cas de dopage, qui n'auraient "pas pu exister" sans l'assentiment du gouvernement, a estimé lundi l'AMA en rendant un rapport explosif sur l'athlétisme, à Genève.

Le rapport, qui juge que les JO-2012 de Londres ont été "sabotés" par la présence d'athlètes dopés, recommande aussi la suspension à vie de cinq athlètes russes, dont la championne olympique en titre du 800 m Maryia Savinova. Le rapport se concentre uniquement sur la Russie et l'athlétisme, mais le "dopage organisé" concerne d'autres pays et d'autres sports, estime l'AMA dans son rapport.

La Fédération internationale lance la procédure

La Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) va lancer la procédure d'application des sanctions contre la Russie demandées par l'Agence mondiale antidopage (AMA), indique l'instance dans un communiqué lundi.

"Les informations révélées par la commission d'enquête indépendante de l'AMA sont alarmantes. Nous avons besoin de temps pour les digérer et en comprendre tous les détails. J'ai cependant demandé au Conseil de l'IAAF de lancer la procédure relative aux sanctions proposées contre l'ARAF (la Fédération russe d'athlétisme", fait savoir le président de l'IAAF Sebastian Coe dans un communiqué.

L'AMA tire même la sonnette d'alarme sur un phénomène qu'elle considère plus étendu que sur le seul domaine auquel ses travaux se sont concentrés. Bien que le rapport soit limité à la Russie et à l'athlétisme, la Commission indépendante de l'AMA "souhaite être claire sur le fait que (...) la Russie n'est pas le seul pays ni l'athlétisme le seul sport à faire face au problème du dopage organisé dans le sport".

A Lyon, Interpol, qui coordonne les services de police internationaux, a d'ailleurs annoncé qu'il allait coordonner une enquête mondiale pilotée par la France.

Réaction de la Russie

Les "accusations" de dopage et de corruption à l'égard de la Russie contenues dans le rapport de l'Agence mondiale antidopage (AMA) sont "infondées", a déclaré lundi soir le numéro 2 de l'Agence russe antidopage Nikita Kamaïev.

"Concernant la destruction des échantillons (pour le contrôle antidopage), je ne vois rien de probant dans le rapport mais seulement des déclarations étayées par aucune preuve", a déclaré M. Kamaïev, cité par l'agence TASS. "Même chose pour les accusations de pots-de-vin payés par les sportifs. Toutes ces accusations sont infondées", a-t-il conclu.

Les sanctions proposées par l'AMA démantèlent l'ensemble du système sportif russe.

Le laboratoire antidopage de Moscou doit perdre son accréditation, entraînant celle de l'Agence russe antidopage (RUSADA), qui elle-même précipite la suspension de la Russie de toutes compétitions, à moins d'un an des jeux Olympiques à Rio.

De fait, la Russie se retrouverait bannie du monde sportif.

Les cinq athlètes concernées par des suspensions à vie sont Mariya Savinova, championne olympique du 800 m à Londres en 2012, et la médaillée de bronze de ce même 800 m olympique Ekaterina Poistogova, également championne d'Europe en salle en mars dernier.

Il s'agit également de Anastasiya Bazdyreva (coureuse de 800 m), Kristina Ugarova (1500 m) et Tatjana Myazina (800 m).

Galerie photo Les athlètes québécois les mieux payés du sport professionnel Voyez les images