NOUVELLES
09/11/2015 11:17 EST | Actualisé 09/11/2016 00:12 EST

Cuba va relancer l'exploration pétrolière dans le Golfe du Mexique

Cuba prépare une nouvelle campagne d'exploration pétrolière en eaux profondes dans le Golfe du Mexique malgré une série d'échecs dans la même zone ces dernières années, a annoncé lundi un haut responsable cubain.

"Une nouvelle campagne de forage est en cours de préparation et nous espérons la faire débuter fin 2016, début 2017", a annoncé à la télévision d'Etat Osvaldo Lopez, chef des projets d'exploration du monopole d'Etat Cupet.

Ces forages seront réalisées dans la zone économique cubaine du Golfe du Mexique à des profondeurs dépassant les 1.500 mètres par les compagnies vénézuélienne PDVSA et angolaise Sonangol, a-t-il ajouté.

"Nous avons des preuves de la présence de pétrole dans des zones plus profondes et sommes en train de chercher les moyens de l'exploiter", a encore expliqué M. Lopez sans fournir plus de précisions sur la profondeur des champs à exploiter.

Selon lui, les eaux du Golfe du Mexique recèlent 15 milliards de barils de brut, un chiffre supérieur aux estimations d'experts internationaux, qui parlent plutôt de 5 à 9 milliards de barils.

La zone économique cubaine du Golfe du Mexique, de 112.000 kilomètres carrés, a été divisée en 59 blocs, dont 11 font actuellement l'objet de contrats avec des entreprises de divers pays, a indiqué la TV cubaine sans identifier ces sociétés.

Entre 2012 et 2014, Repsol (Espagne), PDVSA, PC Gulf (Malaisie) et Zarubezhneft (Russie) ont exploré en vain les eaux cubaines du Golfe du Mexique.

Cuba produit 25 millions de barils par an, du pétrole extra-lourd ne pouvant servir qu'à la production électrique, de ciment ou d'asphalte, ce qui couvre 50% de sa consommation. L'île importe la plupart du reste du Venezuela, avec des facilités de paiement de son allié traditionnel.

En marge du processus historique de rapprochement entre La Havane et Washington, Cuba s'est récemment déclaré disposé à collaborer avec des compagnies pétrolières américaines, malgré l'embargo leur interdisant toute activité sur l'île.

rd-ag/ka/cr/