NOUVELLES
07/11/2015 20:06 EST | Actualisé 07/11/2016 00:12 EST

Quels scénarios après les législatives en Birmanie?

Pour les législatives en Birmanie, auxquelles le parti d'Aung San Suu Kyi est favori, plusieurs scénarios sont possibles, d'une victoire écrasante de l'opposition aux troubles civils. Derrière les législatives, l'enjeu: la présidence du pays.

1- Aung San Suu Kyi a une majorité écrasante

C'est le scénario de rêve pour l'opposante. Aucun sondage n'est disponible, mais chaque sortie publique d'Aung San Suu Kyi attire les foules.

Le principal élément de comparaison reste les législatives de 1990, dernières élections nationales libres. La junte s'était laissée surprendre et la LND avait remporté largement le vote (finalement non reconnu). Et pour les législatives partielles de 2012, la LND avait remporté 43 des 45 sièges offerts.

Le parti a besoin de remporter quelque 330 sièges dans les deux chambres du Parlement (soit 67% d'après les calculs de la LND) pour avoir la majorité puisqu'une partie des sièges sont réservés à des députés militaires non élus, opposés à Suu Kyi. Si le parti obtient cette majorité, il pourra désigner deux des trois candidats au poste de président, élu par les nouveaux députés dans quelques mois.

En effet, dans le système politique birman, la chambre haute et la chambre basse du Parlement désignent chacune un candidat au poste de président. Le troisième candidat à la présidence est désigné par les députés militaires non élus.

En aucun cas le président ne pourra être Aung San Suu Kyi, interdite d'accès à la fonction suprême par la Constitution (ayant des enfants de nationalité étrangère).

2- La LND n'a qu'une courte majorité et doit composer

"La LND aura plutôt un bon score. Mais cela ne veut pas dire qu'elle aura une majorité", met en garde Khin Zaw Win, directeur de l'institut Tampadipa de Rangoun et ancien prisonnier politique, rappelant la "diversité" de la population.

Elle devra dans ce cas négocier avec les dizaines d'autres partis participant au scrutin, pour gouverner et faire élire son candidat à la présidence.

Le scénario n'est pas facile pour la prix Nobel de la paix, dont le parti faisait jusqu'ici cavalier seul en tant que force d'opposition dans un Parlement dominé par l'USDP, parti des héritiers réformateurs de la junte.

D'autant que parmi les plus de 90 partis en lice pour les législatives, plusieurs dizaines représentent les minorités ethniques - un tiers de la population - et ne sont pas forcément séduits par Aung San Suu Kyi.

Aucune alliance post-électorale n'a pas pour l'instant été annoncée par les différents partis.

Si l'opposante ne réussit pas à obtenir le soutien des puissants partis ethniques, l'USDP pourra de son côté nouer des alliances et dicter le jeu parlementaire pour les cinq années à venir, la LND restant cantonnée à l'opposition.

3- La LND est battue

Ce scénario n'est pas à négliger, l'USDP au pouvoir n'ayant besoin que de 33% des sièges pour dominer, grâce au soutien des 25% de députés militaires non élus.

Le président Thein Sein ne brigue pas de mandat de parlementaire. Mais il n'a pas exclu d'être candidat à sa propre succession pour poursuivre sur la voie engagée des réformes "pas à pas".

Mais si la LND d'Aung San Suu Kyi est annoncée perdante et dénonce des fraudes massives, alors le risque de violences devient réel. Le pouvoir sortant laissait entendre qu'il ne tolérerait pas de révolution populaire de type printemps arabe.

Si des troubles éclatent, le gouvernement en place peut aller jusqu'à décréter l'état d'urgence, permettant au Conseil national pour la défense et la sécurité, dominé par l'armée, de prendre en main la direction du pays.

Le fait que l'opposante ait annoncé qu'elle serait "au-dessus du président" en cas de victoire peut faire réagir les élites post-junte encore aux manettes.

Cette affirmation "a dû résonner comme une alarme pour les élites, car pour les militaires, avoir Aung San Suu Kyi qui dirige le pays est une ligne rouge" à ne pas dépasser, dit craindre Richard Horsey, spécialiste de la Birmanie.

klm-dth/tib/myl