NOUVELLES
08/11/2015 13:26 EST | Actualisé 08/11/2016 00:12 EST

Espagne/11e journée: Neymar propulse le Barça en tête, première défaite du Real

Le duo Neymar-Luis Suarez a encore brillé et permis à Barcelone, toujours privé de Messi blessé, de l'emporter 3-0 face à Villarreal, et de prendre la tête du Championnat d'Espagne avec trois points de plus que le Real, battu à Séville 3-2, dimanche, lors de la 11e journée.

A Séville, le Real a vécu une première période contrastée. Dominateur jusqu'à l'ouverture du score par Sergio Ramos (22e), la "Maison blanche" semblait perturbée après la sortie (32e) de son capitaine, blessé à l'épaule gauche dans son retourné acrobatique. Ce qui a alors permis aux Sévillans d'égaliser par l'intermédiaire de Ciro Immobile.

Sur un corner tiré par Banega, le ballon filait devant le but madrilène sans être touché. Seul au second poteau, Immobile n'a pas raté l'occasion de fusiller le gardien madrilène Casilla (36e). Sur leur lancée, les locaux étaient tout près de doubler la mise, mais Immobile a trop croisé son tir (40e).

"Nous aurions dû tuer le match en première période, mais nous ne l'avions pas fait. Nous les avons laissés égaliser, ce qui a modifié la physionomie de la rencontre", a analysé l'entraîneur merengue Rafael Benitez.

Au retour des vestiaires, Séville a pris l'avantage après un rapide une-deux entre Vitolo et Konoplyanka, le centre de l'Ukrainien ayant été repris victorieusement par Banega (61e).

"Nous avions aussi bien démarré la seconde période, mais après leur deuxième but, nous avons commencé à commettre des erreurs et ils en ont profité pour porter le score à 3-1", a ajouté Benitez.

Quatorze minutes plus tard, Llorente a repris une frappe manquée de Trémoulinas pour tromper un troisième fois Casilla. Le gardien madrilène a ensuite sauvé son équipe du naufrage en se couchant sur un ballon chaud d'Ever Banega, décidément en grande forme. Le but de Rodriguez dans le temps additionnel arrivait trop tard pour le Real.

Au Camp Nou, en dépit de la belle résistance de la défense visiteur, en particulier de son gardien français Alphonse Areola, Villarreal n'a pas résisté à Neymar et Suarez, auteurs de la totalité des 17 derniers buts du Barça. Le duo a assuré le spectacle.

- Griezmann sauve l'Atletico -

C'est d'abord l'attaquant brésilien qui a ouvert le score d'une précision clinique à la 60e minute, Suarez doublant la mise dix minutes plus tard sur penalty. Le prodige brésilien s'est offert en fin de match le doublé, grâce à un exploit dont il est l'un des très rares sur la planète football à avoir le secret.

Coup du sombrero orienté sur un défenseur, suivie d'une reprise de volée limpide, le tout en se retournant à une vitesse folle, et l'affaire est pliée pour le Barça qui prend trois points d'avance sur le Real et reste la seule équipe invaincue en Liga.

L'entraîneur Luis Enrique est ébloui par la performance de Neymar: "Il fait partie de ces joueurs uniques, spéciaux, comme Ronaldinho. Je peux mettre en valeur ses buts, son jeu d'attaque mais aussi sa course pour défendre, sa solidarité avec le reste de l'équipe".

"Je suis satisfait de ce que je donne à l'équipe mais je continue à penser que je peux encore beaucoup m'améliorer. Comme équipe, nous devons toujours nous améliorer. Mais pour le moment, nous pouvons nous reposer et penser au Clasico", a souligné Neymar en faisait allusion au choc au sommet de la saison, le 28 novembre au stade Santiago Bernabeu, Real-Barça.

Dans l'après-midi, l'Athletic Bilbao a enregistré sa cinquième victoire de rang toutes compétitions confondues face à l'Espanyol Barcelone (2-1), et s'installe au 8e rang.

De son côté, l'Atletico Madrid a enlevé une victoire importante devant le Sporting Gijon (1-0) lui permettant prendre la 3e place, avec deux points d'avance, à Celta Vigo, écrasé samedi par Valence qui lui avait fait payer sa défaite en Ligue des champions sur le terrain de La Gantoise (1-0).

C'est l'attaquant français Antoine Griezmann qui a sauvé l'Atletico dans le temps additionnel (90+3).

kca/sk/yk