NOUVELLES
08/11/2015 14:26 EST | Actualisé 08/11/2016 00:12 EST

Deux employés de l'ambassade de Serbie en Libye enlevés par un groupe armé

BELGRADE, Serbie — Des hommes armés ont attaqué un convoi transportant l'ambassadeur de la Serbie en Libye vers la Tunisie et enlevé deux fonctionnaires serbes, dont une femme, ont rapporté les autorités, dimanche.

Selon le ministère serbe des Affaires étrangères, Sladjana Stankovic, la responsable des communications de l'ambassade, et Jovica Stepic, l'un des chauffeurs, ont été enlevés à Sabratha, une ville côtière située dans le nord-ouest du pays.

Le ministère a précisé qu'il faisait tout en son pouvoir pour obtenir de l'information et assurer le retour de ses citoyens en dépit de la situation très complexe qui prévaut sur le terrain.

L'ambassadeur Oliver Potezica, qui voyageait dans un convoi de trois véhicules en compagnie de sa femme et de leurs fils âgés de 14 et 8 ans, a plus tard raconté à l'agence de presse serbe Tanjug la mésaventure dont sa famille et lui-même sont sortis indemnes.

Affirmant que tout s'était passé comme dans un film, M. Potezica a expliqué que l'assaut avait commencé lorsque l'une des voitures de l'ambassade a reçu un coup à l'arrière. Quand le chauffeur a arrêté l'automobile et est sorti pour constater les dommages, il a été saisi par les assaillants et traîné jusqu'à leur véhicule.

L'un des gardes de sécurité libyens qui accompagnait la délégation a été blessé par balle et hospitalisé, a ajouté l'ambassadeur.

D'après Oliver Potezica, l'enlèvement «ressemblait davantage à un acte criminel qu'à un geste politique».

Abdulghassim Krair, un membre du conseil de Sabratha, a indiqué qu'avant l'assaut, le convoi s'était arrêté dans un hôtel pour la nuit et avait repris le chemin de la Tunisie le lendemain.

«Ils sont tombés dans une embuscade organisée par un groupe armé, mais le véhicule qui transportait l'ambassadeur et sa femme a pu échapper au piège. Le groupe a toutefois réussi à stopper le véhicule qui suivait, où se trouvaient deux employés de l'ambassade», a-t-il révélé.

M. Krair a précisé que les forces armées libyennes avaient escorté le reste du convoi jusqu'à la frontière tunisienne.

«Nous leur avons dit que nous ferions de notre mieux pour retrouver les coupables et secourir les employés», a-t-il déclaré.

Abdulghassim Krair a mentionné que l'ambassade serbe n'avait pas avisé à l'avance les autorités à propos du voyage, disant qu'il n'était pas prudent de se déplacer dans les environs sans la présence de gardes armés.

L'hôtel où le convoi s'est arrêté est situé sur la principale route menant à la Tunisie, près de la Méditerranée, dans une région où les voleurs et les milices pullulent.