NOUVELLES
07/11/2015 18:00 EST | Actualisé 07/11/2016 00:12 EST

Croatie/élections: le social-démocrate Zoran Milanovic face au conservateur Tomislav Karamarko

Le social-démocrate Zoran Milanovic et le conservateur Tomislav Karamarko briguent le poste de Premier ministre aux élections législatives de dimanche en Croatie, les premières depuis que le pays est devenu membre de l'Union européenne en 2013.

- Zoran Milanovic, un premier mandat décevant -

Zoran Milanovic, homme politique ambitieux et sûr de lui, n'a cependant pas répondu aux attentes lors de son premier mandat. Investi il y a quatre ans, M. Milanovic, 49 ans, était perçu comme la star d'une nouvelle génération de jeunes politiciens à l'abri de scandales de corruption qui éclaboussaient les rangs du parti conservateur de droite, le HDZ.

Héritant d'une situation économique grave et d'un clientélisme généralisé, son gouvernement de coalition a échoué à mettre en oeuvre des réformes indispensables pour redresser l'économie, en récession quasi-permanente depuis 2009.

Souvent perçu comme arrogant, Zoran Milanovic est né à Zagreb, le 30 octobre 1966. Juriste, il avait rapidement quitté son premier emploi dans un tribunal de commerce de Zagreb pour intégrer en 1993 le ministère des Affaires étrangères. En 1996, il est conseiller au sein de la mission croate auprès de l'Otan et de l'Union européenne à Bruxelles.

De retour à Zagreb, il devient membre du parti social-démocrate (SDP) et intègre en 2004 son comité exécutif. Homme politique cultivé et bon orateur, il a rapidement gravi les échelons au sein du SDP, dont il a pris les rênes en 2007.

Marié et père de deux enfants, cet ancien boxeur amateur aime aujourd'hui s'offrir des séances de vélo ou de jogging.

- Tomislav Karamarko, 'patriote' avant tout -

Tomislav Karamarko, politicien peu charismatique âgé de 56 ans est un ancien chef des services de renseignement. Il prône le retour à un "patriotisme authentique" et fait sans cesse référence à la guerre d'indépendance (1991-1995) et au premier président de la Croatie indépendante, le défunt Franjo Tudjman.

Cet homme grand et maigre est l'un des fondateurs du parti conservateur (HDZ), mais il a suivi depuis 1993 un parcours politique hétéroclite avant de réintégrer son parti en 2011, ce qui a fait naître des doutes quant à la sincérité de ses convictions politiques.

Sept ans après avoir quitté le HDZ, il est par exemple chargé de la campagne électorale du centriste modéré Stjepan Mesic, opposant fervent à Franjo Tudjman.

Ses décisions et son passé aux services de renseignement laissent planer une aura de mystère sur sa personnalité.

Durant la campagne électorale, M. Karamarko a refusé de participer à un débat télévisé avec son rival, un geste aussitôt expliqué par les médias et les analystes comme une crainte de dévoiler son manque de compétences quant aux affaires administratives face au Premier ministre sortant.

Tomislav Karamarko est né le 25 mai 1959 dans la ville côtière de Zadar. Il a étudié l'histoire à Zagreb avant de travailler au sein du ministère de l'Intérieur de 1992 à 1996.

Entre 2004 et 2008, il est le chef des services de renseignement du gouvernement conservateur de l'époque avant d'accéder au poste de ministre de l'Intérieur.

En 2012 il prend les rênes du HDZ, éclaboussé par de nombreux scandales de corruption qui touchent notamment son ancien leader emblématique, Ivo Sanader. M. Karamarko assure alors vouloir relancer un HDZ "nouveau et plus honnête".

"Si M. Karamarko est élu nous allons assister à un regain de rhétorique nationaliste et à une tentative d'imposer à la société des valeurs traditionnelles et conservatrices", estime l'analyste Berto Salaj.

Marié récemment en secondes noces, M. Karamarko est père de trois enfants.

ljv-mat/cn/myl