NOUVELLES
06/11/2015 14:06 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Washington durcit la sécurité pour certains vols venant du Moyen-Orient

Washington demande à "certains" aéroports du Moyen-Orient de renforcer les mesures de sécurité pour les vols en direction des Etats-Unis, par mesure de "précaution" après le crash en Egypte, a indiqué vendredi le ministre américain de la Sécurité intérieure, Jeh Johnson.

Au fur et à mesure que l'enquête sur le crash progressera, "nous évaluerons en permanence" ces mesures et "nous déciderons si des changements supplémentaires sont appropriés", a-t-il ajouté dans un communiqué.

"Nous avons identifié un certain nombre de renforcements temporaires, de précautions, concernant la sécurité des vols à destination des Etats-Unis depuis certains aéroports de la région", a déclaré M. Johnson.

Il s'agit "d'élargir les contrôles sur les objets" embarqués dans les avions. Et aussi de mener des "évaluations de l'aéroport en commun avec nos partenaires internationaux", et de prendre d'autres mesures "visibles ou non", a-t-il précisé.

Ces mesures viennent s'ajouter à celles mises en place "l'été dernier" pour certains aéroports étrangers. "Beaucoup d'entre elles ont déjà été adoptées par nos alliés européens", a également indiqué M. Johnson.

"Nous parlons ici de moins de 10 aéroports", a précisé le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest. "Il n'y a pas de menace spécifique. Ces mesures ne sont pas prises en réponse à une menace spécifique contre notre pays, mais il est prudent de prendre un maximum de précautions étant donné ce que les autorités américaines ont appris à propos de la catastrophe aérienne dans la péninsule du Sinaï", a-t-il ajouté lors de son point presse quotidien.

Une source proche de l'enquête sur le crash de l'A321 russe dans le Sinaï égyptien a estimé vendredi que l'analyse des boîtes noires, croisées avec d'autres informations, permettait de "privilégier fortement" l'hypothèse d'un attentat.

Londres et Washington ont également ouvertement évoqué la piste d'une bombe à bord de l'avion de la compagnie russe Metrojet, parti de Charm el-Cheikh en direction de Saint-Pétersbourg, qui a explosé en vol avec ses 224 occupants dans le Sinaï (est) le 31 octobre.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué être à l'origine du crash.

lby-bdx/are