NOUVELLES
06/11/2015 07:24 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Un syndicat policier menace Quentin Tarantino d'une « mauvaise surprise »

Le directeur du plus grand syndicat de policiers aux États-Unis a menacé Quentin Tarantino d'une « mauvaise surprise », après les commentaires du réalisateur sur la brutalité policière.

Jim Pasco, du syndicat Fraternal Order of police, a déclaré au magazine The Hollywood Reporter que l'organisation « planifiait quelque chose pour Tarantino et que l'effet de surprise était l'élément le plus important ». Il a ajouté que le syndicat allait tenter « de lui faire mal de la seule manière qui semble importante à ses yeux, c'est-à-dire financièrement ».

Tarantino a provoqué la grogne de plusieurs corps policiers aux États-Unis après qu'il eut participé à une manifestation contre la brutalité policière le 24 octobre à New York. Par la suite, des syndicats ont encouragé la population à ne pas aller voir le nouveau film du célèbre cinéaste.

En début de semaine, les policiers ont accentué la pression lorsque l'Association nationale des organisations policières a joint le mouvement de protestation à l'égard du réalisateur. La réponse de Quentin Tarantino ne s'est pas fait attendre. Il a souligné qu'il ne se laisserait pas intimider par des organisations de policiers.

Réagissant pour la première fois, mardi, à la controverse, le réalisateur a indiqué au quotidien Los Angeles Times que les groupes qui l'avaient critiqué tentaient de le cibler personnellement « plutôt que de se pencher sur les problèmes de brutalité policière au pays ».

Le réalisateur, l'un des plus reconnus à Hollywood depuis la sortie de Reservoir Dogs et de Fiction pulpeuse au début des années 90, fera paraître son prochain film, Les 8 enragés, en janvier prochain.