NOUVELLES
05/11/2015 19:19 EST | Actualisé 05/11/2016 01:12 EDT

Trudeau vise l'accueil de 25.000 réfugiés syriens avant le 1er janvier au Canada

Le Canada conformément à une promesse électorale va accueillir 25.000 réfugiés syriens avant le 1er janvier, a assuré jeudi soir le Premier ministre Justin Trudeau.

"L'objectif est toujours d'avoir 25.000 réfugiés syriens ici au Canada avant le 1er janvier", a déclaré M. Trudeau sur la chaîne Radio-Canada pour sa première interview depuis sa prise de fonction mercredi.

Pour arriver à cet objectif en un temps très court, "plusieurs ministères sont mobilisés" et il est nécessaire "d'avoir des partenariats avec les provinces et les municipalités", a-t-il ajouté.

"Les Canadiens veulent que l'on agisse de façon responsable et réfléchie" et ils ont "fait un choix de donner un mandat d'ouverture et de responsabilité" pour que leur pays "se réengage de façon solide sur la scène internationale".

L'accueil de 25.000 réfugiés n'est pas le plus difficile, il faut aussi leur "donner une capacité de réussite pour leur famille" afin que cela profite à "la communauté" et au pays dans son ensemble "comme toutes les vagues d'immigrants et de réfugiés antérieures ont pu le faire", a ajouté M. Trudeau.

Il a en outre indiqué que son ministre de la Défense, Harjit Sajjan, travaillait à l'arrêt des frappes aériennes des forces canadiennes, dans le cadre de la coalition internationale, contre le groupe Etat islamique (EI).

Ce retrait des chasseurs canadiens, qui va se faire rapidement, doit se "faire de façon responsable" et "de façon respectueuse de nos alliés".

M. Sajjan va "regarder les différentes options pour s'assurer que l'on tient notre promesse" d'arrêter les frappes contre l'EI.

Les alliés "comprennent très bien que ce gouvernement s'est fait élire sur un mandat très clair de terminer ces frappes", a souligné le Premier ministre en assurant que le Canada allait rester "engagé dans la lutte contre l'EI".

Outre l'accueil des réfugiés, le Canada va assurer une aide humanitaire sur le terrain et concentrer ses "forces armées dans un rôle de formation plutôt que de combat", a ajouté M. Trudeau.

mbr/tll