POLITIQUE
06/11/2015 02:47 EST | Actualisé 06/11/2015 03:01 EST

La vague libérale au Québec n'a pas emporté Karine Trudel et Brigitte Sansoucy, deux recrues du NPD (VIDÉO)

OTTAWA - C’est avec un mélange de joie et de tristesse que les deux seules recrues du NPD au Québec ont fait leur entrée au Parlement d’Ottawa.

Karine Trudel, députée de Jonquière, et Brigitte Sansoucy, députée de St-Hyacinthe-Bagot, ont toutes deux échappé à la vague libérale qui a emporté plusieurs de leurs collègues néodémocrates dans la Belle Province.

« C’est une belle fierté d’avoir été élue pour la circonscription. Mais d’un autre côté, c’est un peu désolant de ne pas pouvoir travailler avec des gens qui avaient de l’expérience, qui étaient là depuis 2011 ou depuis 2008 », a raconté Karine Trudel, qui faisait campagne depuis plus d’un an.

Brigitte Sansoucy dit ne jamais avoir rien tenu pour acquis. Elle en sait quelque chose, car elle a été élue par 548 votes seulement devant le libéral René Vincelette au terme d’une lutte qui s’est terminée très tard, le 19 octobre.

Elle succédait ainsi à la néodémocrate Marie-Claude Morin, qui a quitté le monde de la politique après avoir complété son premier mandat.

« Nous, on est super contentes d’être là, mais c’est sûr qu’on sent la tristesse d’avoir perdu des collègues », estime Brigitte Sansoucy.

Elle regrette de ne pas pouvoir compter sur l’aide de députées de premier plan comme Megan Leslie ou Peggy Nash, disant que ce sont des collègues qu’elle aurait aimé avoir.

Karine Trudel se dit toutefois confiante que le NPD saura se démarquer dans les quatre prochaines années, même s’il a été relégué à la deuxième opposition.

La vague orange de 2011 avait fait élire 59 députés au Québec. Ils ne sont maintenant plus que 16 dans la Belle Province.

Se mettre au travail

Élues depuis peu, les deux députées du NPD ont déjà défini certaines priorités dans leurs circonscriptions respectives.

« Le gouvernement a fait d’importantes promesses, notamment au niveau des infrastructures, donc les municipalités de mon comté ont déjà levé la main pour avoir leur part de ces investissements-là », a mentionné Brigitte Sansoucy.

Karine Trudel, qui a été postière avant de devenir présidente du Syndicat des travailleurs des postes au Saguenay Lac-Saint-Jean, veut s’attaquer au dossier de l’assurance-emploi.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoÉlections fédérales : 10 recrues à surveiller Voyez les images