NOUVELLES
06/11/2015 06:43 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

L'UE appelle à la retenue en mer de Chine méridionale

L'Union européenne a appelé vendredi toutes les parties à "la retenue" alors que les tensions en mer de Chine méridionale sont montées d'un cran récemment, plaidant pour un "règlement pacifique" des différends territoriaux.

Les Etats-Unis ont provoqué le mécontentement de la Chine en faisant croiser le 28 octobre un destroyer américain près d'îlots artifiels dans l'archipel des Spratleys construits par Pékin, qui revendique la souveraineté sur la quasi totalité de la mer de Chine méridioniale, une source de vifs différends avec ses voisins.

"Nous nous opposons à toute tentative de défendre des revendications territoriales ou maritimes par l'intimidation, la contrainte, la force ou toute action unilatérale qui pourrait causer davantage de frictions", a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à l'issue d'une réunion de 52 pays d'Asie et d'Europe à Luxembourg.

Les 28 Etats membres de l'UE, ainsi que des géants comme la Chine et l'Inde, et leurs voisins réunis au sein de l'Asean, y étaient représentés au niveau des ministres des Affaires étrangères, depuis jeudi matin.

"Nous soutenons un ordre maritime basé sur les principes du droit international", a insisté Mme Mogherini, précisant que les ministres asiatiques et européens avaient eu "une discussion très ouverte, et très constructive d'une certaine façon", à ce sujet.

Elle a réfuté qu'il y avait eu "une bataille majeure de mots" entre les représentants des pays en conflit: la Chine, Taïwan, le Vietnam, les Philippines, Brunei et la Malaisie. "Il serait plus juste de dire que les positions ne convergeaient pas, et c'est un euphémisme", a-t-elle toutefois ajouté.

"Même si nous (l'UE, ndlr) sommes loin d'un point de vue géographique, nous avons des intérêts à faire valoir dans ce débat", a insisté Mme Mogherini, "en raison des interconnexions et de l'interdépendance, à commencer par celle de nos commerces et économies".

"Nous encourageons les parties à régler pacifiquement cette dispute", a-t-elle lancé.

"Les ministres ont réaffirmé leur engagement à maintenir la paix, à promouvoir la sécurité et la stabilité maritimes, la liberté de navigation et de survol et un commerce légal sans restrictions", a indiqué l'UE, qui présidait la réunion, dans un communiqué final qui n'a toutefois pas été signé par les participants asiatiques.

"Ils ont convenu qu'il est d'une importance cruciale de faire preuve de retenue dans l'usage de la force, de s'abstenir d'actions unilatérales et de résoudre les disputes maritimes par des moyens pacifiques", poursuit cette déclaration.

axr/cds/phv