NOUVELLES
06/11/2015 15:57 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Gigantesque scandale de "sexting" dans un lycée américain (médias)

La nouvelle a fait frémir l'Amérique: une centaine de lycéens d'une petite ville du Colorado, à l'ouest des Etats-Unis, ont pris 300 à 400 photos dénudées d'eux-mêmes et les ont largement faites circuler, rapportent vendredi les médias américains.

Certains des adolescents dans ces photos illicites n'étaient âgés que de 12 ou 13 ans, rapporte notamment le New York Times.

Les élèves incriminés, dont un grand nombre faisaient partie de l'équipe de football du lycée de Canon City, risquent maintenant des poursuites criminelles, selon les médias américains qui citent la police.

Mercredi, l'affaire avait été révélée par l'école qui avait posté sur son compte Facebook qu'un certain nombre d'élèves "avaient pris et fait circuler des photos d'eux exposant des parties intimes de leurs corps ou de leurs sous-vêtements".

De telles photos peuvent exposer les étudiants à des poursuites criminelles, ajoutait ce message, qui précisait que l'enquête visait surtout à déterminer si des adultes avaient pris part à ce trafic d'images et s'il pourrait s'agir d'une problème de pornographie infantile organisé.

Les lycéens ont utilisé des applications comme Phone Vault pour dissimuler ces photos à leurs parents ou à l'encadrement de l'école. Sur un téléphone, l'icône de l'application ressemble à une calculatrice numérique, mais agit en réalité comme un coffre-fort: lorsqu'on entre un mot de passe, on accède à des contenus protégés.

"Cela fait des années que ça dure", a affirmé une adolescente du lycée de Canon City interrogée par la chaîne locale KRDO13 du réseau ABC, assurant que certains lycéens, surtout des jeunes filles, avaient reçu des pressions pour prendre ces photos.

L'encadrement du lycée de Canon City a tenu jeudi une assemblée générale pour prévenir les parents et les alerter sur les technologies que peuvent utiliser leurs enfants pour dissimuler des photos dénudées.

Le shérif de Canon City, Paul Schultz, a fait valoir que le problème dépassait largement la petite ville de Canon City: "Avec les nouvelles technologies, ceci arrive partout", a-t-il affirmé.

"Est-ce que les parents devraient s'inquiéter? Absolument", a-t-il ajouté.

ved/bdx