NOUVELLES
06/11/2015 05:31 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Géorgie: manifestation pour dénoncer la reprise en mains d'une chaîne de tv

Plusieurs centaines de manifestants protestaient vendredi à Tbilissi contre une décision de justice menant à la nomination à la tête de la chaîne Roustavi 2, la plus populaire de Géorgie, d'une équipe dirigeante nommée par un homme proche du pouvoir.

Réunis devant le siège de la chaîne, les manifestants dénonçaient une tentative de pression du gouvernement.

"Nous ne laisserons pas cette soi-disant nouvelle direction entrer dans nos locaux", a déclaré à l'AFP le directeur adjoint de la chaîne, Zaal Oudoumachvili.

"Nous allons défendre Roustavi 2 physiquement, en utilisant tous les moyens légaux disponibles", a-t-il affirmé.

Un tribunal de Tbilissi a ordonné jeudi soir le renvoi de l'équipe dirigeante qui devrait être remplacée par une équipe nommée par l'ancien propriétaire Kibar Khalvachi, lequel revendique de reprendre possession de la chaîne.

Cet homme d'affaires réputé proche du pouvoir avait saisi la justice en affirmant avoir vendu Roustavi 2 sous la pression du gouvernement précédent. Il disait vouloir en reprendre le contrôle.

La justice géorgienne, qui avait gelé en août les avoirs de Roustavi 2, a donné raison à M. Khalvachi, en ordonnant que la chaîne lui soit restituée.

Une dizaine d'ONG de défense des droits de l'Homme et des médias avaient dénoncé une décision de justice "illégale".

"Cette décision détruit l'indépendance éditoriale de Roustavi 2, mine la liberté de la presse et met un terme au pluralisme des médias dans le pays", ont-elles déclaré dans un communiqué.

L'ambassade des Etats-Unis en Géorgie a également exprimé sa "préoccupation".

L'opposition et les propriétaires actuels de la chaîne, un groupe d'hommes d'affaires géorgiens, dénoncent une campagne de pression du gouvernement destinée à étouffer les médias à l'approche des élections parlementaires en 2016.

Fondée en 1994, Roustavi 2 est la télévision la plus populaire de Géorgie. En 2003, elle avait joué un rôle important lors de la révolution de la Rose qui avait conduit au pouvoir l'ex-président Mikheïl Saakachvili.

La chaîne a depuis été souvent critiquée pour sa couverture favorable au parti de M. Saakachvili, remplacé après les élections législatives de 2012 par son ennemi juré, Bidzina Ivanichvili, dont la coalition est depuis au pouvoir.

im-mp/all/kat/lpt