NOUVELLES
06/11/2015 07:36 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Chelsea: absent face à Stoke, Mourinho endosse d'ores et déjà la "responsabilité" du match

José Mourinho, qui ne pourra pas pénétrer dans le stade samedi lors du match de Chelsea face à Stoke City en raison de sa suspension, s'est dit vendredi "responsable" de ce qui se passera lors de la rencontre, histoire de soulager ses adjoints.

"Je serai responsable. Toute responsabilité est ma responsabilité. Mon encadrement est complétement libéré de cette pression supplémentaire. Ca ne fait pas partie de leur travail. C'est ma responsabilité", a insisté l'entraîneur portugais lors d'une conférence de presse à Cobham, où s'entraîne Chelsea au sud-ouest de Londres.

Mourinho a assuré avoir élaboré plusieurs scénarios, laissant à l'encadrement des Blues le seul soin de suivre ses plans et de soutenir les joueurs. Mais "si après 10 minutes, on joue avec sept joueurs, c'est quelque chose que je n'ai pas préparé pour mes assistants. Ils devront décider par eux-mêmes", a prévenu Mourinho.

Le Portugais, suspendu du match prévu samedi pour avoir manqué de respect à l'arbitre lors d'une défaite 2-1 à West Ham le 24 octobre, et qui ne pourra pas entrer dans le stade, a toutefois prévu de faire le trajet avec ses joueurs.

"Je voyagerai avec eux et serai avec eux jusqu'à ce que quelqu'un m'arrête, ce sera certainement quand je serai tout près de l'enceinte du stade", a expliqué Mourinho, ajoutant ne pas encore savoir où il allait regarder le match.

"Je n'ai pas de plans. Peut-être que je vais m'assoir dans un coin de la rue avec mon iPad. Je ne sais pas", a poursuivi l'entraîneur de Chelsea, qui pointe à la 15e place du classement après 6 défaites en 11 matches.

Questionné sur l'absence d'appel de cette sanction, il a répondu qu'il était "stupide de combattre (...) quand on sait (que le combat) est perdu d'avance". "Parce que le match a lieu demain et parce que je connais déjà l'issue de cet appel et j'ai décidé de laisser tomber", a tranché l'entraîneur.

Il a estimé que sa suspension de stade, une sanction très inhabituelle voire rarissime, ouvrait la voix à d'autres suspensions de ce type frappant les entraîneurs "à moins que la Fédération anglaise et d'autres fédérations européennes" ne s'interrogent sur la légalité de ces sanctions.

"Etre suspendu du stade devrait être lié à quelque chose de vraiment, vraiment sérieux en rapport avec des agressions (...) Cette suspension de stade est basée sur des mots, des plaintes. Alors j'imagine qu'à ce moment-là, dans le futur, cela arrivera de plus en plus", a-t-il déclaré.

str/jdg/ale/cto