NOUVELLES
06/11/2015 10:22 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Brésil/coulée de boue: la compagnie Samarco n'a pas détecté d'anomalie

L'entreprise minière Samarco a indiqué vendredi ne pas avoir détecté d'anomalie sur son barrage de déchets qui s'est rompu jeudi dans le sud-est du Brésil, provoquant une gigantesque coulée de boue qui a fait au moins 17 morts, selon les pompiers.

"Jeudi, peu après 14H00, nous avons ressenti un tremblement. Nous nous sommes rendus immédiatement sur le site (du barrage de Fundao) pour mener des inspections et nous avons constaté qu'il n'y avait aucune anomalie", a déclaré Germano Silva Lopes, responsable des plans d'actions d'urgence de la compagnie, lors d'une conférence de presse à Mariana (Etat de Minas Gérais, sud-est).

Selon ce responsable, le barrage, retenait 55 millions de mètres cubes de déchets de minéraux de fer, une quantité inférieure à sa capacité de 60 millions de m3.

Tout le contenu du réservoir s'est déversé dans la vallée lorsque le barrage a cédé autour de 15H00 locales (17H00 GMT), engloutissant le village situé en contrebas de Bento Rodrigues, comptant 620 habitants. Un autre barrage, contenant sept millions de m3 de résidus boueux a cédé peu après.

Les autorités locales ne donnent pas de bilan précis, mais selon le commandant des pompiers de Mariana, Adao Severino Junior, il y a au moins 17 morts et des dizaines de disparus.

Le maire de Mariana, Duarte Junior, a fait état d'un seul mort - un employé de Samarco victime d'un infarctus - et de 14 disparus, tous des travailleurs de la mine qui a suspendu son activité pour une durée indéterminée. Mais des habitants assurent que de nombreuses personnes ont été ensevelies.

Le plan d'urgence de Samarco ne prévoyait pas l'utilisation d'une sirène pour faire évacuer la population en cas de catastrophe de ce type. L'entreprise a donc opté pour appeler par téléphone la Défense civile et les chefs communautaires de Bento Rodrigues.

"Nous n'avions pas inclu d'alerte sonore dans nos procédures (...). Le plan d'urgence a correctement été appliqué, mais nous allons devoir tirer beaucoup de leçons de ce que nous sommes en train de vivre; on peut l'améliorer", a reconnu le président de Samarco, Ricardo Vescovi, tout en assurant que la coulée de boue n'était "pas toxique".

Samarco - détenue à parts égales par le géant minier brésilien Vale et le groupe australien BHP Billiton - a ouvert une enquête interne sur les causes du drame et va faire appel à des auditeurs externes.

Des secousses sismiques de faibles amplitude ont été enregistrées dans la région peu avant l'accident et font partie des causes possibles.

Le barrage faisait par ailleurs l'objet de travaux d'agrandissement et avait été inspecté en juillet 2015, a assuré M. Silva Lopes.

jt/lbc/pal/cdo/gg