NOUVELLES
06/11/2015 04:00 EST | Actualisé 06/11/2016 01:12 EDT

Avec une seule défaite à la régulière, les Huskies continuent de s'imposer

MONTRÉAL — Bien qu'ils ne s'étaient pas fixés de véritables objectifs en début de saison, les dirigeants des Huskies de Rouyn-Noranda étaient conscients qu'ils avaient sous la main un groupe de joueurs qui pouvait accomplir de grandes choses.

Et il semble qu'ils aient vu juste. Après 20 rencontres, la troupe de Gilles Bouchard montre une fiche de 15-1-4, trône au premier rang du circuit Courteau et surtout, elle n'a pas perdu en temps réglementaire depuis le 12 septembre.

«C'est une belle fierté, mais en même temps je pense qu'il faut que les gars restent humbles, a déclaré Bouchard en entrevue avec La Presse Canadienne. Je crois que les gars sont assez intelligents pour comprendre que si on a eu du succès, c'est parce qu'ils sont sur la même longueur d'ondes et qu'ils respectent l'identité d'équipe.

«Il ne faut pas s'arrêter à ça. Il faut penser au prochain match et s'assurer de faire les choses comme on le fait depuis le début de la saison.»

Tout semble sourire aux Huskies. Non seulement Francis Perron, le capitaine de la formation, occupe le premier rang du classement des marqueurs, mais la formation abitibienne présente une offensive diversifiée, qui se veut la plus productive de la Ligue.

En défensive, la brigade menée par Jérémy Lauzon, élu joueur du mois d'octobre dans la LHJMQ, est solide tandis que devant le filet, l'arrivée du vétéran Chase Marchand a enlevé un peu de pression des épaules de son homologue de 17 ans, Samuel Harvey.

S'il y a un joueur qui a vu venir ces succès, c'est bien Perron qui, après seulement 16 matchs, montre une récolte de 34 points dont 15 buts. Au cours de la saison morte, l'espoir des Sénateurs d'Ottawa s'est bien préparé et n'avait qu'un objectif en tête: devenir le nouveau capitaine de la formation.

«Je savais à quel point ce groupe-là pouvait être spécial, a expliqué l'attaquant de 19 ans, qui en est à sa quatrième saison avec les Huskies. C'était quelque chose qui me tenait vraiment à coeur. Au camp d'entraînement, j'étais vraiment motivé à démontrer aux entraîneurs que ça pouvait être moi.

«Oui, je parle beaucoup et je suis capable de remettre les gars à leur place, mais pour être un bon capitaine, il faut que tu démontres l'exemple sur la patinoire.»

Jusqu'au bout

Bien que la saison soit encore jeune, les Huskies ont prouvé qu'ils faisaient partie de l'élite de la Ligue canadienne de hockey. Ils occupent d'ailleurs le deuxième rang du classement, derrière les Otters d'Erie, de la Ligue de l'Ontario.

«Cette année, on avait huit joueurs à des camps professionnels en début d'année et ça a fait une grosse différence, a déclaré Perron. Les gars sont revenus et étaient habitués à un niveau de jeu élevé. Tout le monde a gagné en confiance. On a une bonne relation avec les entraîneurs et on fait tous confiance à Gilles (Bouchard), à sa vision des choses.»

Bouchard, qui occupe aussi les fonctions de directeur général, laisse encore planer le doute sur ses intentions à l'approche de la date limite des transactions. Toutefois, ses joueurs semblent déterminés à lui forcer la main pour qu'il tente d'ajouter les quelques éléments qui solidifieront la formation.

«Je pense qu'on ne donne pas vraiment le choix à Gilles, a lancé Perron. On a un groupe qui veut aller jusqu'au bout cette année, nos joueurs de 20 ans sont motivés et tous les gars y croient.»