POLITIQUE
05/11/2015 11:17 EST | Actualisé 05/11/2015 11:20 EST

Les députés conservateurs se réunissent pour élire un chef intérimaire

Bloomberg via Getty Images
Conservative Leader Stephen Harper, Canada's prime minister, gestures during a news conference where he conceded victory on election day in Calgary, Alberta, Canada, on Monday, Oct. 19, 2015. Justin Trudeau's Liberal Party has swept into office with a surprise majority, ousting Prime Minister Stephen Harper and capping the biggest comeback election victory in Canadian history. Photographer: Ben Nelms/Bloomerg

Les conservateurs se réunissent jeudi en caucus pour élire leur chef intérimaire.

Les candidats déclarés sont Diane Finley, Rona Ambrose, Candice Bergen, Rob Nicholson, Erin O'Toole, Mike Lake, ainsi que le duo Denis Lebel-Michelle Rempel.

Les prétendants au poste auront trois minutes s'adresser à leurs collègues et tenter de les convaincre qu'ils sont les mieux placés pour succéder à Stephen Harper, lequel a quitté son poste après la défaite électorale des conservateurs.

Le chef démissionnaire doit prendre la parole lors de cette rencontre du caucus conservateur.

Parmi les candidats à la direction intérimaire conservatrice, seuls Diane Finley et Denis Lebel maîtrisent adéquatement les deux langues officielles.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) estime que celui qui prendra les rênes du parti de façon intérimaire doit "absolument être bilingue".

Le député néo-démocrate Robert Aubin a déclaré par voie de communiqué qu'il "est inconcevable, voire irrespectueux, de même songer à nommer un unilingue à cette fonction".

Si les conservateurs respectent les dispositions de la Loi de 2014 instituant des réformes adoptée en juin dernier, qu'avait mise de l'avant leur député d'arrière-ban Michael Chong, seuls les députés - et pas les sénateurs - auraient le droit de vote.

Cela va à l'encontre de la Constitution du Parti conservateur du Canada (PCC), qui accorde aux sénateurs du caucus le droit d'élire le chef intérimaire. Il devrait donc y avoir un débat à ce sujet entre les membres du caucus.

Le poste de leader intérimaire a ses avantages: il s'accompagne d'une augmentation salariale de 80 100 $, une voiture de fonction ainsi qu'un chauffeur, et les clés de Stornoway, la résidence officielle du chef de l'opposition officielle à Ottawa.

Voir aussi:

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

  • Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville, PLC)
    Mélanie Joly (Ahuntsic-Cartierville, PLC)
    PC
    L’avocate et spécialiste en relations publiques s’était déjà fait un nom en terminant deuxième à l’élection à la mairie de Montréal en 2013. Après une course à l’investiture libérale serrée, elle est arrivée à ravir la circonscription d’Ahuntsic-Cartierville à l’ex-bloquiste Maria Mourani qui tentait sa chance pour le NPD. Mélanie Joly est maintenant ministre du Patrimoine canadien.
  • François-Philippe Champagne (Saint-Maurice-Champlain, PLC)
    François-Philippe Champagne (Saint-Maurice-Champlain, PLC)
    Facebook
    Cet avocat et hommes d’affaires a cumulé de l’expérience en commerce international avant de se lancer en politique. Depuis 2006, il est vice-président de Bionest Technologies, une entreprise qui se spécialise dans les énergies vertes. On a vu voir l’ancien premier ministre Jean Chrétien à ses côtés pendant la campagne électorale. Il est maintenant secrétaire parlementaire aux Finances.
  • Mario Beaulieu (Pointe-de-l’Île, BQ)
    Mario Beaulieu (Pointe-de-l’Île, BQ)
    FOTOimage
    Élu chef du Bloc québécois en juin 2014, il a demandé à son prédécesseur Gilles Duceppe de reprendre la direction du parti à temps pour l’élection fédérale de 2015. Beaulieu était resté président du Bloc québécois. Maintenant qu’il est élu, il aura la chance de faire sa marque au Parlement en tant que critique aux Langues officielles et à la francophonie.
  • Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent, PCC)
    Gérard Deltell (Louis-Saint-Laurent, PCC)
    PC
    L’ancien député caquiste était considéré comme un candidat vedette pour les conservateurs. Il a été élu sans grande difficulté dans la région de Québec, qui a viré au bleu le 19 octobre, avec près de 20 000 voix d’avance sur son rival libéral. Il est maintenant critique de l’emploi, de la main-d’œuvre et du travail.
  • Jean-Yves Duclos (Québec, PLC)
    Jean-Yves Duclos (Québec, PLC)
    Facebook
    L’économiste de renom a défait la candidate néodémocrate par plus de 1000 voix, contre toute attente. Professeur à l’Université Laval depuis 22 ans et directeur d’une chaire sur les enjeux économiques des changements démographiques, il est maintenant ministre de la Famille au sein du gouvernement Trudeau.
  • Karine Trudel (Jonquière, NPD)
    Karine Trudel (Jonquière, NPD)
    Facebook
    L'ex-présidente du Syndicat des travailleurs des postes au Saguenay-Lac-Saint-Jean est l’une des deux recrues du NPD au Québec. Factrice depuis 1999, elle deviendra sans doute une voix forte du deuxième parti d’opposition à Ottawa dans le dossier de la livraison du courrier à domicile. Les libéraux avaient promis de maintenir ce service.
  • Marilène Gill (Manicouagan, BQ)
    Marilène Gill (Manicouagan, BQ)
    Facebook
    L’ancienne coordonnatrice du Regroupement des femmes de la Côte-Nord a obtenu l’appui des chefs syndicaux de la région pendant la campagne électorale. Elle a enseigné la littérature au cégep de Baie-Comeau et poursuit des études doctorales en lettres. L’ancien chef bloquiste Gilles Duceppe était venu trois fois dans sa circonscription pour appuyer sa candidate.
  • Alain Rayes (Richmond-Arthabaska, PCC)
    Alain Rayes (Richmond-Arthabaska, PCC)
    Le populaire maire de Victoriaville depuis 2009 a décidé de faire le saut en politique fédérale après avoir été approché par les conservateurs. Rayes a battu son plus proche rival – un libéral – par plus de 4000 votes. Il a remis sa démission à titre de maire deux jours après son élection.
  • David Lametti (LaSalle-Émard-Verdun, PLC)
    David Lametti (LaSalle-Émard-Verdun, PLC)
    Facebook
    Ce professeur dans la Faculté de droit de l’Université McGill se spécialise en droit des biens et de la propriété intellectuelle. Entre sa maîtrise de l’Université Yale et son doctorat de l’Université Oxford, il a été auxiliaire juridique à la Cour suprême du Canada. Il est maintenant secrétaire parlementaire de la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland.
  • Joël Lightbound (Louis-Hébert, PLC)
    Joël Lightbound (Louis-Hébert, PLC)
    Facebook
    À 27 ans, il est la plus jeune recrue des libéraux au Québec. Cet avocat, qui a gradué de l’Université McGill, s’intéresse aux aspects légaux entourant la protection de la vie privée sur Internet. Il est membre du Barreau du Québec et devrait être admis au Barreau de New York sous peu. Son collègue Jean-Yves Duclos et lui disent être prêts à être les porte-parole de la région de Québec auprès du gouvernement de Justin Trudeau.