NOUVELLES
05/11/2015 03:18 EST | Actualisé 05/11/2016 01:12 EDT

Le film des événements depuis le crash de l'A321 russe en Egypte

Principaux faits depuis le crash, le 31 octobre dans le Sinaï égyptien, d'un Airbus A321 russe qui a fait 224 morts, essentiellement des touristes russes:

Samedi 31 octobre

- Peu avant 10H00 locales (8H00 GMT), le gouvernement égyptien annonce qu'"un avion civil russe" est tombé dans le centre de la péninsule du Sinaï (est).

L'appareil, un Airbus A321-200 de la compagnie charter russe Metrojet avec 217 passagers et sept membres d'équipage à bord, avait décollé de Charm el-Cheikh à 05H51 heure locale (03H51 GMT) en direction de Saint-Pétersbourg.

Le contact avec le vol KGL9268 a été perdu 23 minutes après son décollage de l'aéroport de la station balnéaire sur la mer Rouge, alors qu'il volait à une altitude de plus de 30.000 pieds (9.144 mètres).

- En fin de matinée, le gouvernement égyptien annonce que les débris de l'appareil sont localisés dans une zone désertique au milieu de la province du Nord-Sinaï, près du village d'Al-Hassana. Peu après, les autorités annoncent qu'il n'y a aucun survivant.

- A 15H50 (13H50 GMT), la branche égyptienne du groupe jihadiste Etat islamique (EI), appelée Province du Sinaï, assure sur ses comptes Twitter avoir "fait tomber" l'appareil, en représailles aux bombardements russes en Syrie.

- Plusieurs experts estiment que ces jihadistes ne disposent pas de missiles capables d'atteindre un avion à cette altitude mais n'excluent pas la possibilité d'une bombe à bord, ou d'un tir de roquette ou de missile alors que l'appareil redescendait.

- En fin d'après-midi, les deux boîtes noires sont retrouvées.

- Moscou dépêche enquêteurs et secouristes sur place et lance une enquête judiciaire.

- Dimanche 1er novembre -

- L'avion s'est disloqué dans les airs à haute altitude avant de toucher le sol, selon des responsables russes du transport aérien.

- Sur les lieux du crash, les enquêteurs étendent leurs recherches sur un rayon de 8, 15 puis 40 km autour du plus gros élément de la carlingue retrouvé.

- Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi appelle à attendre les résultats de l'enquête.

- Lundi 2 -

- Seule une "action extérieure" peut expliquer le crash, assure Metrojet qui rejette la possibilité d'"une défaillance technique ou une erreur de pilotage".

- Mardi 3 -

- Début de l'analyse des deux boîtes noires.

- Un satellite militaire américain a détecté un "flash de chaleur" provenant de l'Airbus au moment du drame, affirme CNN, citant un responsable américain anonyme.

- Mercredi 4 -

- L'EI réaffirme être à l'origine du drame, ajoutant qu'il en livrera la démonstration quand il le voudra.

- Le gouvernement britannique annonce dans l'après-midi avoir "de nouvelles informations" laissant craindre que "la chute de l'avion ait été provoquée par un engin explosif" et suspend les vols depuis Charm el-Cheikh vers le Royaume-Uni. Cette annonce intervient au moment de l'arrivée du président égyptien à Londres pour une visite officielle de trois jours.

- Un haut responsable américain, s'exprimant sous couvert d'anonymat, juge "hautement probable" l'hypothèse d'une bombe à bord.

- Au Caire, les enquêteurs ont extrait les données de la boîte noire contenant les paramètres de vol.

- L'Irlande demande à ses compagnies aériennes de ne plus survoler le Sinaï. Plusieurs autres compagnies, dont Air France, Lufthansa et Emirates, ont déjà pris cette disposition.

- Jeudi 5 -

- A Londres, les autorités préparent des mesures d'urgence pour rapatrier les quelque 20.000 touristes britanniques présents à Charm el-Cheikh.

- Il n'y a "pas encore de preuve ou de données confirmant un attentat", affirme le ministère égyptien de l'Aviation civile.

- Le Kremlin qualifie de "spéculations" toute hypothèse sur les raisons du crash.

kd-fm/vdr/hj